Hommage à Johnny Halliday

Pour tous ceux qui feraient mieux de se taire, je me suis sentie obligée d'écrire pour les aider à calmer leur jalousie et leur rancoeur... face à un mort !!! Ce que nous serons tous un jour ou l'autre...

Suite au commentaire que j’ai trouvé cohérent et mesuré d’Abdelilah Najmi sur Mediapart faisant lui-même suite à l’article de Hubert Huertas du 11 décembre 2017 : « A Johnny Hallyday : un déni tellement français »

La première chose que je souhaite dire : si le gouvernement de la France Laïque ne s’était pas imposé en rang d’oignons bien au chaud dans l’Eglise de la Madeleine, les commentaires auraient été plus mesurés. Et en prenant du recul (même rapide) :

Je dois avouer que j’ai tellement accompagné d’amis, de collègues, tous des gens que j’aimais afin de faire mon deuil que je peux absolument comprendre cette ferveur populaire pour Johnny.

Je voudrais parler de lui, le remettre dans son contexte, dans son époque et dans son cheminent. Car c’est celui de beaucoup de gens, en tant que jeune paumé des années 60, plus ou moins abandonné par sa famille (son père en tout cas) ; la musique l’a sauvé et en lui, nombre de "spectateurs" doivent se retrouver. Il est devenu un immense professionnel du spectacle... et l’argent pour des gens comme lui est comme une paire de menottes et un engrenage car il était aussi une industrie à lui tout seul. Une cage dorée qu’il n’avait pas planifiée à 15 ans... Son éducation, il l’a faite sur le tas, cinéphile pourtant, excellent musicien, "bête de scène"  et capable de gérer ses équipes et le monde autour de lui. Je trouve très bien qu’il ait gagné de l’argent... et cela ne me gêne pas qu’il soit enterré à St Barth... moi, j’aimerais bien Bali, pas trop près du Volcan Agung mais si je ne suis plus, en fait... quelle importance... Etre jaloux de la place d’un mort, quelle indécence !  

Et quels qu’aient pu être ses succès, ils sont indéniables, que l’on aime ou que l’on n’aime pas, j’ai toujours entendu dire qu’il était sympa et sans histoire. Pour son public, il donnait le maximum.

Quant à sa vie privée, c’est son affaire et celle des gens qu’il a fréquentés et de son entourage.

Seule compte, le jour de son enterrement, la ferveur de ses fans qui pourront toujours l’écouter, et ce n’est pas le cas pour toutes les personnes disparues...

Concernant le fisc : évidemment on ne peut pas adhérer au fait qu’un citoyen ne paye pas ses impôts... Mais, un point d’histoire : Vous savez ce que l'on appelait "le Syndrome de Johnny Halliday" dans les services des Impôts ???

Réponse : quelqu'un qui gagne beaucoup d'argent une année et lorsqu'il doit payer les impôts y afférents l'année suivante ... n'a plus d'argent. Eh oui, il gagne moins et/ou n'a pas prévu et c’est ce qui lui est arrivé au début... 

Après il n'a pas dû se remettre de sa première année "de riche" (il avait 15 ans) et a continué les conflits avec Bercy sous d'autres formes mais je persiste à dire qu'il ne faut pas tout mélanger et que "l'entreprise Johnny Halliday" a fait vivre beaucoup de monde et tous ces gens ne sont pas partis dans les paradis fiscaux et puis c'est à Bercy de faire les contrôles adéquats (comme il le fait si bien avec nous... les « pas-riches ») et de contrôler ses conseillers financiers.

Johnny : il a commencé avec une guitare dans les mains, sans faire l’ENA, HEC ou SCIENCES PO et il n’en n’avait rien à faire, il a suivi son chemin et pour moi il a réussi sa vie malgré des dérives... Mais que peut-on dire du Patron de Bercy qui trafique dans les paradis fiscaux ??? (Digression puissance 1000) et tant d'autres...

 

Ma minuscule expérience et mon ressenti : quant aux erreurs d’appréciation des « Monsieur/Madame je sais tout »...,, (aussi de certains média) qui nous dirigent et qui ne savent pas raison garder :

Concernant l’enterrement, je le compare à celui de Louise Michel (pour la ferveur à l’enterrement) : regarder la vidéo d’Alain Decaux qui me semble très juste... et tout est lié.

http://www.ina.fr/video/I04344735 

Car, en 1979, Alain Decaux... disait les choses assez justement...  hein !! (il devait être gravement anar... notre Decaux... plus personne n'ose parler comme ça... en bon historien... en 1979... ça change des discours de Finkielkraut...

En effet, plus de 100.000 personnes ont suivi l'enterrement de Louise Michel en 1905, (anniversaire de la célèbre loi) chiffre ramené aux proportions de 2017 - allez !! à vos algorithmes !!- sans le TGV, le tram, les voitures, euh pardon les Harley...etc...et bien entendu le gouvernement, ses sous-fifres et les riches qui, eux, n'ont pas suivi Louise Michel. Mais... ils avaient envoyé la troupe. Car à l'époque, ils avaient peur des réactions de ce même peuple... et puis auraient-ils osé faire le signe de croix en cette année 1905 - ouf le Président de la France s’est retenu... tout juste-  ou même aller à la Madeleine, symbole anti-République ???- Ouf encore, heureusement elle était anar...(disons libre) "corbillard de septième classe, dit « des pauvres », recouvert d’un drap rouge et bordé de noir." Sans argent le Gouvernement ne l’honorait pas... et il avait peur des pauvres...

D’ailleurs, je vous conseille le commentaire intelligent et cultivé de Jean-Luc Mélenchon, https://melenchon.fr/2017/12/11/la-semaine-folle/, en connaître la substance et posséder ses connaissances historiques aurait permis aux conseillers de notre Président de se cultiver un tantinet et de comprendre ce qu’est VRAIMENT la RÉPUBLIQUE dont ils détruisent les acquis du Peuple.

Digression 1 : Maintenant quand ce même peuple s'exprime on lui envoie la Police et on "drive", 'manipule" les contestations... contre des ordonnances régressives socialement... On met des murs pour séparer les manifestants, on envoie des casseurs...  On tape ! Ha !! ce méchant peuple qui ne comprend pas (et qui l'exprime... mais pas autant que sa tristesse de perdre Johnny) les bienfaits des régressions sociales (mais pour qui ???), de l'éducation, de la culture, des média (arrêtez de mettre un s, c'est déjà un pluriel... comme blini... ça m'énerve...) dans le collimateur. En fait, on mélange tout.

Franchement ça ne me gêne pas que des gens aillent à l'enterrement d'un chanteur qui a fait partie de sa/notre vie, plutôt bien professionnellement d'ailleurs, mais que nos dirigeants récupèrent c'est du délire... cela montre bien leur niveau... pourquoi ne pas laisser les gens s'exprimer sans y mettre "l'autorisation" des tutelles, des media et les jugements des pseudo intellectuels...??? ou des internautes incultes, jaloux et sûrs de leurs jugements. Je crois même que Sarkozy l’a récupéré, non l’inverse. Au fond Johnny s’en moquait éperdument me semble-t-il...

Digression 2 : pour répondre aux calculateurs d’émotions : à la différence des autorités, pour les fans lambda il s’agit vraiment d'émotionnel, les ordonnances ce n'est pas encore de l'émotionnel, mais ça va venir... un jour il y aura plus de monde mais ce sera trop tard... c’est sûr.

Quant à le comparer à Victor Hugo, je pense que lui aussi cela l'aurait fait rigoler... car au moins il n’avait certainement pas la "grosse tête"...

Je crois surtout qu'il ne faut pas le comparer à qui que ce soit, Johnny c'était Johnny, ses qualités, ses défauts, ses erreurs, ses conneries aussi. Normal en somme. Il était l'image et la lumière de tout un monde du showbiz qui, avec d’autres aussi célèbres, sous la chaleur des projecteurs s'est forgé au fur et à mesure des évolutions sociales, médiatiques, financières et on ne descend pas toujours du train surtout s'il roule bien... et aussi, en sachant qu’il n’y a peut-être pas de correspondance... Son choix d’aller à la Fête de l’Huma, je doute qu’il ait été payé. Sa vie a été une trajectoire !

Concernant son métier, il représente un monde de la musique, de la variété juste et injuste (voir Georges Chelon dont la carrière a été bloquée par son producteur), la réussite d'un jeune de 14/15 ans qui faisait des "boeufs" au Golf Drouot le vendredi soir comme tant d'autres pour "cachetonner" le WE, et lui, il a percé... et bien tant mieux ! au moins il a fait vivre des professionnels, des musiciens (ha ! Doudou Weiss ! Ha ! Rolling/Jean-Pierre Azoulay !! où êtes-vous les virtuoses de la Batterie et de la Lead Guitar avec vos célèbres solos ???) de même que des paroliers, des arrangeurs, des techniciens, des comptables, des photographes, même Pierre son kiné perso qui l'appréciait énormément, et bien d'autres encore... ils ne sont quand même pas tous partis dans les paradis fiscaux... et les lieux de spectacles surtout l'Olympia où il était chez lui !! Jean-Michel Boris est absolument d’accord avec moi... il en a fait travailler du monde... pareil pour tous les festivals, dont Les Francopholies de La Rochelle, il est donc parti retrouver notre cher Jean-Louis Foulquier dont la gentillesse et les compétences n'ont rien à envier à celles de Johnny... Et puis qui n’a pas profité de sa notoriété ??? les hôteliers, les restaurateurs, la SNCF qui bloquaient des trains pour ses concerts...

Digression 3 : cela me rappelle les commerçants d’Avignon qui avaient porté plainte contre les différents acteurs du Spectacle Vivant en 2003, eux qui se battaient pour maintenir leur Convention Collective en faisant grève, en prenant de gros risques. Pourtant sans eux (les premiers à se ruiner car beaucoup d’artistes sortent exsangues du Festival), certains ne feraient pas le tour du monde grâce aux bénéfices engrangés pendant le Festival grâce à ces mêmes artistes (qui distribuent même leurs tracts en plus du spectacle...).

Par chance, cette loi de 2003 de Mr Aillagon* qui a démoli une bonne partie du spectacle vivant (et surtout en a changé la donne) n'a pas vraiment atteint le showbiz trop englué dans la "finance" (* il paraît que maintenant, il veut sauver la Culture...) quoi que... Il faudrait étudier ce sujet en profondeur... 

Johnny, c'est tout un monde et c'est aussi un bout de notre histoire. RESPECT !! 

Digression 4 : Quand on regarde sa trajectoire de vie à l'envers, ne trouvez-vous pas faux que l'on exige des enfants de 3ème qu'ils sachent quel sera leur avenir professionnel ?? et s'ils ne le savent toujours pas en terminale, ce sont des nuls !! quelle société... eu égard aussi du niveau de l’emploi... etc...

Conclusion : Il y a tant de choses à dire, un deuil c’est toujours un moment de bilan... l’occasion de ne pas se mentir et si la mémoire revient c’est pour des moments exceptionnels, tout simplement exceptionnels pour soi-même.

Et voilà ! Madame La Faucheuse a mis un point final à la vie de Johnny. C’est à chacun de mettre la pièce « Johnny » où il veut dans ce grand puzzle qu'est la vie de chacun d'entre nous... (ou de ne pas la mettre) comme pour toutes les personnes qui nous quittent.

Que personne ne s'inquiète, nous iront tous le retrouver même ceux qui se croient immortels !! Peut-être qu'il retrouvera là-haut une guitare et un micro comme nos dessinateurs, leurs crayons et leurs papiers...ses fans aussi, certains l’ont précédé... Pourvu que l’humour et la gentillesse existent toujours là-haut... pour avoir moins peur de ce passage...

Une chose est sûre, on finit toujours par la seule égalité apparente, celle de la mort des mortels...

Joëlle Cousinaud

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.