Les métiers en vue pendant le confinement

Les mesures de distanciations sociales prises par le Gouvernement, en premier lieu le confinement, ont eu de lourdes conséquences sur l’activité économique française. Néanmoins, certains secteurs sont parvenus à se démarquer malgré la crise sanitaire.

 

 

Ces derniers mois, de nombreuses entreprises ont été contraintes de geler leurs recrutements, se séparer de leurs salariés et dans le plus mauvais des scénarios fermer. Les chiffres l’attestent, le confinement a eu des conséquences directes sur l’économie du pays. Le 12 mai dernier, la Banque de France indiquait que le PIB français avait chuté de 6 points et l’activité économique diminué de 27% après 2 mois de confinement.

 

Pourtant, si certains métiers ont été en proie à une inactivité forcée, d’autres se sont révélés on ne peut plus essentiels au bon fonctionnement de leurs sociétés. L’augmentation considérable du temps passé chez soi induit inéluctablement une hausse du temps passé sur le net. Ainsi, parmi les secteurs et leurs métiers particulièrement en vue pendant le confinement, on retrouve en pôle position les métiers du digital

 

  • La création de site
  • le référencement Google
  • le e-commerce
  • le social media
  • L'emailing

Les métiers du SEO, levier d’acquisition du trafic par excellence

 

Comment apparaître dans Google ? Pendant une période où les requêtes ont augmenté de plus de 70%,  c’est LA question posée par de nombreuses entreprises. Améliorer son référencement naturel, ou SEO (Search Engine Optimization), consiste à actionner et optimiser les techniques qui tendent à améliorer le positionnement d’un site web. En d’autres termes, maîtriser les différents outils des problématiques SEO permet d’augmenter sa visibilité en favorisant son apparition dans les premiers résultats captés par les moteurs de recherche. 

 

Déchiffrer l’algorithme Google 

 

Le confinement imposé à l’Hexagone et à une bonne partie du globe a profondément modifié notre rapport à Internet. D’après une étude de Médiamétrie, les Français ont passé en moyenne « 3 heures par jour à surfer sur Internet » en avril 2020, un chiffre qui constitue une hausse de 46% par rapport à avril 2019. 

 

L’augmentation du trafic liée à la crise traversée s’est donc présenté comme un levier stratégique pour les acteurs du digital. En effet, si certains secteurs ont vu leur visibilité diminuer suite à l’arrêt de leurs points d’activités « physiques », d’autres en ont profité pour doubler leurs efforts sur le plan du référencement naturel afin de gagner des positions précieuses. Le SEO, c’est une éternelle course à la première place avec ses concurrents. 

 

Booster sa place dans l’environnement digital actuel nécessite donc d’appréhender et déchiffrer l’algorithme Google, ses changements, et analyser les tendances du marché concurrentiel. Poursuivant cette logique, de nombreuses entreprises ont tourné leurs regards vers différentes actions propres aux métiers du SEO telles que : 

 

  • la rédaction et la mise à jour de contenus 
  • le netlinking
  • la réactualisation des pages et des backlinks
  • l'optimisation technique du socle du site

 

Le e-commerce poursuit son expansion 

 

À l’exception de certaines entreprises de l’agro-alimentaire ou de la santé (pharmacies et parapharmacies), un nombre impressionnant d’enseignes a été forcé de fermer ses points de vente physiques, mettant en stand-by la dualité perçue avec le e-commerce. En effet, ce dernier a pu tirer son épingle du jeu lors d’une période pendant laquelle le rapport au digital n’a jamais été si intense. 

 

Au-delà des achats « plaisirs » et ponctuels, le confinement a également vu le consommateur se tourner vers le e-commerce pour des achats de première nécessité. L’intérêt pour les achats en ligne s’est donc considérablement accru. Néanmoins, de nombreux sites ont pu constater un cruel manque d’optimisation de leur expérience utilisateur. 

 

Bon nombre de marques ne considérant pas le e-commerce comme un outil majeur ont constaté les nombreux freins à l’achat définis par leur parcours client. Le manque d’ergonomie dans le processus d’achat digital du consommateur pousse ce dernier à s’offrir l’objet ou le service désiré sur un autre canal. Par ailleurs, la crise, par sa durée, peut entraîner une redéfinition des mœurs et habitudes d’achats, ou plus simplement accélérer l’essor du e-commerce. Ainsi, les entreprises concernées ont tout intérêt à accentuer leurs efforts sur l’amélioration de leurs stratégies conversationnelles et relationnelles. 

 

Le social media, créateur de lien

 

L’augmentation du temps passé par les Français sur Internet va inévitablement de pair avec une consommation des réseaux sociaux plus conséquente. Et ça, de nombreuses marques l’ont compris. 

 

Les réseaux sociaux forment des supports digitaux propices à la création et la consolidation de lien avec l’usager. Le virage emprunté par le consommateur vers un digital omniprésent pendant le confinement a donné naissance à un décuplement de la créativité sur ces canaux. Sous l’impulsion des mesures de distanciations sociales, podcasts, lives et challenges ont été les maîtres-mots d’une redéfinition forcée de l’interaction. 

 

Le champ d’action des réseaux sociaux s’étend de plus en plus et le confinement a fortement contribué à l’agrandissement d’un éventail de possibilités semblant parfois dénué de limites.  Néanmoins, il est nécessaire d’en maîtriser les codes afin de tirer profit de leurs taux de conversion élevés. Une stratégie marketing digital efficace est éminemment liée à une stratégie social media réussie. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.