Nicolas Sarkozy de par notre Constitution est légitime mais notre Gouvernement l'est-il encore ?

La légitimité de Nicolas Sarkozy de par notre Constitution ne peut être discutée;sinon cela signifirait que nos Institutions ont pris l'eau de partout et que tout serait cul par dessus tête,par contre si la légitimité de notre Gouvernement au sens stricto sensu semble toujours tenir,elle ne l'est plus,de par l'opinion(64 % des français jugent les homme politiques plutôt corrompus),elle ne l'est plus médiatiquement,en effet la plupart des observateurs politiques, toutes tendances confondues,estiment que le Président n'est plus maître de son calendrier,qu'il navigue à courte vue,que son annonce d'un remaniement ministériel profond en Octobre a été un flop total,au point que certains de ces observateurs politiques lui suggèrent de faire ce remaniement dans les jours à venir,d'aucuns précisent la date du 13/O7/2010 qui est le jour où la réforme des retraites sera présentée en Conseil des Ministres,l'Elysée en toute dernière minute,laisse à dire que le Président ferait une intervention dans les jours à venir.

Si besoin en était,toute l'opinion objective se rend bien compte que les 2 clefs de voûte de nos Institutions sont très fragilisées,la 1ère le Président ne tient sa légitimité de par son élection,et de par notre Constitution,mais que la 2ème,le Gouvernement n'a plus de légitimité de fait,dans l'opinion publique,dans les médias,et que le Président se doit de remettre tout à plat,en constituant très vite,un nouveau Gouvernement resserré composé de personnalités irréprochables sur le plan de la morale,de la déontologie,de la probité.

 

Tout ceci devrait être souligné et développé dans une allocution concomitante du Chef de l'Etat disant qu'il a pris la mesure de la désagrégation profonde du Gouvernement précédent,que tenant compte de la période où on demande des sacrifices à tous les français,le nouveau Gouvernement sera restreint et que lui-même proposera aux nouveaux membres du Gouvernement de nouveaux chantiers à mettre en oeuvre très rapidement,de manière à pouvoir résorber les déficits publics,pour les ramener dans les rails de Maastricht,sans casser la croissance,ceci est primordial si la France veut tenir ses engagements vis à vis de l'Europe et même du Monde, et que cela,sans doute,passera par un alourdissement de la fiscalité,temporaire,qui touchera les classes aisées,et plus aisées,et épargnera les classes en difficulté,c'est à ce prix que nous retrouverons le bon chemin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.