Merci Monsieur Hessel!

Dans une France à l'atmosphère empestée par les flatulences xénophobes de l'UMPet, le beau texte de Stéphane Hessel apporte une bouffée d'air frais. Cependant, le fait qu'un vieux monsieur de 93 ans soit obligé de sortir d'une retraite bien méritée pour tenter de tirer ses concitoyens de leur léthargie est hélas tout à fait symptomatique de l'état actuel de ce pays. D'ailleurs, il ne fait aucun doute que, face à ce refus de l'indifférence, la meute des aboyeurs professionnels va bientôt donner de la voix pour en appeler à la raison - "il faut raison garder" - à une "raison" que bien sûr on convoque, non pour fustiger l'égoïsme aveugle des possédants, mais pour stigmatiser la juste indignation de ceux que l'on dépossède. L'engagement moral de Stéphane Hessel, d'autant plus inhabituel qu'il est désintéressé, devrait forcer le respect et rappeler le véritable esprit de la Résistance à ceux qui, dans de vibrants discours et de pathétiques commémorations, se gargarisent de ce mot pour mieux, en sous-main, en démanteler le programme et trahir les idéaux, conduisant en fin de compte à une telle perversion du langage et des valeurs dont il est porteur, que ceux qui, les premiers, justement se levèrent contre la Shoah, se trouvent aujourd'hui taxés d'antisémitisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.