DOUZE SOUS-MARINS... ET PLOUF !

Vous étonnerai-je si je vous révèle que cette histoire de sous-marins vendus à l'Australie (2016) avant que le contrat ne soit dénoncé cette semaine, m'a semblé sur-marrant ! Il m'est aussitôt venu en musique les notes joyeuses de Maurice Chevalier (lui-même maladivement pro-ricain) "Un sous-marin vert, un sous-marin vert..."

D'ailleurs les anglais rien que pour nous faire chier, avaient rebaptisé la chanson "Yellow submarine"... Mais on me dit que c'est l'inverse. Ce sont les quatre drogués dans le vent de Liverpool qui avaient tiré les premiers. Mais enfin comme nous sommes français et de mauvaise foi, on va dire que c'est comme ça...

Or donc, pour les vrais sous-marins dont le marché a été rendu caduc par Biden and Jonhson, les premiers boutiquiers du monde voulant mettre la Chine au pas, c'est un peu les mêmes fausses notes. A ceci prêt que se sont 56 milliards d'euros qui échappent aux caisses de la start up néchion. Rien de grave à priori depuis que nous avons placé à l'Elysée un magicien qui en fait sortir du chapeau à profusion. Mais quel dommage qu'il n'ait pas trouvé la formule jupitérienne quelques mois avant le virus. Il aurait ainsi renfloué l'hôpital public et ses salariés, lâché aussi les baskets des retraités, évitant de laisser s'étouffer de colère ou par manque d'air, une partie des français qu'il ne tient, il est vrai, pas en grande considération...

Nous avions donc vendu douze sous-marins à l'Australie ! Cela semble énorme. Certes ce pays est entouré d'eau et y a de quoi s'amuser à faire quelques ronds mais douze, tout de même, c'est abuser ! On les imagine sillonner le Pacifique autour du gros caillou d'Océanie, alpaguant de temps à autre un bateau de pêche ou de croisière, comme un requin happerait une jambe de surfeur téméraire...Il était fort étonnant qu'un contrat passé sous la présidence de François Hollande n'ait pas pris l'eau. Même ce que le papa de Macron semblait avoir réussi; était en fait foireux. Et foiré. Après, il ne faut pas bouder son plaisir. La claque reçue par Le Drian des mains de Jo Baïdenne en personne, relève du délice pur. Un vrai beignet bien gonflé, craquant et sucré à la fois.

Le Drian (avec Le Foll et Le je ne sais qui...) figure parmi mes bêtes noires. Celles qui avec Valls - quel modèle !- ont trahi la gauche, l'ont pervertie et humiliée en soutenant Macron et ce dès le premier tour, siouplet ! Alors certes je déteste les idées de la fille Le Pen et de l'horrible Zemmour, le nationalisme, le racisme. Ce sont à mon sens des idées dégueulasses mais elles relèvent malgré tout du droit de penser dans un pays démocratique. Ce que je crains encore beaucoup plus, jusqu'au dégoût et donc au refus, c'est la trahison. Les revirements idéologiques mais aussi,  permettez moi de le soutenir, l'opportunisme le plus abject. Oui c'est ça, si je déteste tant les sujets de sa Macronie c'est pour leur opportunisme, leur changement de cap  permanent, leur avidité, leur absence d'amour-propre et de décence.

Je résume. C'est l'histoire d'un vieux renard de la politique, tout petit, minable avec ses lunettes bleues ou violettes au bout du nez, qui au nom de la gauche et sans doute de l'humanisme, vend aux Australiens douze sous-marins pour une fortune en 2016. Cinq ans plus tard, c'est le même, non plus ministre de la défense, mais des affaires étrangères qui reçoit le soufflet - comme une omelette de la mère Poulard - en pleine tronche. A côté, la tarte de Damien Tarel sur Jupiter était une caresse...Un régal je vous dis ! Et tandis que Biden et Jonhson se tapent sur le ventre en pissant de rire - surtout le premier probablement incontinent - le matelot breton, outré, rappelle ses ambassadeurs à Canberra et Washington, tandis que Saint-Emmanuel-les-mains-jointes fait le canard, trop préoccupé par les journées du patrimoines et de son copain Bern...

Lorsque le Maréchal Sissi, à qui l'on a vendu un véritable arsenal en rafale, fait emprisonner ses opposants et réprime les manifestations, on ne rappelle pas l'ambassadeur au Caire ; lorsque le Prince sanguinaire d'Arabie Saoudite fait dissoudre les dissidents à petit feu dans de l'acide, que le Qatar exploite et tue des milliers d'ouvriers pour construire des stades de démesure, on ne rappelle pas les ambassadeurs. On s'en bat les burettes...

Le commerce des armes par la France - quand on sait tout ce qu'il y a de beau et de bon à vendre - est une honte qui ne remonte pas à Macron mais à De Gaulle. D'autant que les affaires de corruption, des marchandages glauques et parfois criminels (Karachi, Tripoli, etc) ont sali l'image de la France à travers le monde. Alors si vous aussi vous n'en pouvez plus de cette société du pognon à tout prix, pouffez avec moi, les occasions sont rares...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.