Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

253 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2021

HOLLANDE, TOUTE HONTE UBU

Ah ça ! vous me direz ce que vous voudrez François Hollande, c'est vraiment le meilleur. Lui qui dénonce à tort ou à raison, l'hubris de la classe politique, incarne lui tout seul, l'Ubu président. Car au lieu de se faire oublier après une accumulation de désastres, il palabre encore  et parade toujours sans pudeur.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je m'en suis pourtant souvent fait l'écho et je ne me renie pas. Lorsque François Hollande nous débarrassa de Sarkozy je fus si heureux, tout au moins soulagé, je me sentais si léger que j'avais promis que je lui en serais à jamais reconnaissant. Cela reste le cas, mais forcément cette reconnaissance n'a plus du tout la même teneur.

Car ce que je ne savais pas, c'est qu'il allait trahir à la fois tous ses engagements et quasiment toutes les valeurs de gauche, pour finir par installer à sa place un type, idéologiquement et humainement s'entend, bien pire que l'autre avec sa Rolex, sa gonzesse et ses talonnettes.

Parcourant les librairies, pendant que Sarko fait le tour des salles de tribunal, le comique-troupier distribue les bons points et les cartons rouges, qualifiant par exemple Mélenchon de fardeau de la gauche. Gonflé, non ? Et de candidats lilliputiens ceux qui se présentent à la présidentielle. Tandis que lui, c'était un géant !

S'il n'était le véritable responsable de la liquéfaction de la gauche on pourrait s'en amuser, autant que des discours sous des trombes d'eau, des scènes de ménage hystériques de son ancienne maîtresse à Élysée, de ses sorties nocturnes d'adolescent en scooter, de la merde de pigeon tombant sur son épaule durant la manif pour Charlie (revoyez Luz, ravagé de douleur mais ne pouvant retenir un fou rire), de ses pans de chemise dehors et cravates de travers, de ses chutes et maladresses diverses, puis du livre testament Un président ne devrait pas dire ça où il finit de creuser son trou, duquel il aurait été plus élégant de ne jamais ressortir.

Mais tout ceci n'était rien et si les résos-socios, dans leur rôle, se servirent d'un tableau présidentiel  à ce point lamentable pour détruire son image et l'empêcher de se représenter, le plus grave fut évidemment sa gouvernance et la conduite des affaires. Lui qui avait déclaré la guerre à la finance, une fois élu, se trouva dans l'obligation de la câliner. Et il n'y alla pas avec le dos de la cuillère. Jamais sans doute (avant Macron et la COVID) les patrons n'avaient été à ce point aidés avec tout un tas de mesures antisociales dont le fameux CICE, les allègements fiscaux, prolongé par la loi travail qui porta un coup fatal aux masses populaires, aux chômeurs, aux précaires. Pour succéder au soporifique Jean-Marc Ayrault, il fit appel au très droitier Valls et pour le pompon, il remplaça le frondeur Montebourg par l'ultra-libéral Macron.

Lorsque le père François fut élu en 2012, la gauche des Radicaux à LFI détenait largement l'Assemblée Nationale, le Sénat, les Régions, les Départements et la plupart des grandes villes. Lorsqu'il est parti, la même gauche n'avait plus rien.

Et c'est qui le fardeau ?

Alors je veux lui dire et nous sommes comme ça des millions, que s'il tient à tout prix à écrire - ce qui ne paraît pas, à sa lecture, d'une impérieuse nécessité - nous lui conseillons de se lancer dans le roman mais en aucun cas dans l'essai politique. Car pour Affronter - c'est le nom du bouquin qu'il vient de commettre -, il est préférable de disposer d'un minimum de crédit, de quelques armes morales et argumentaires. De pudeur, d'humilité et de lucidité.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B