Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

277 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 nov. 2021

DE QUOI SE FAIRE PIPI DESSUS !

Comme au bon vieux temps de l'empereur Vespasien, au premier siècle juste après Jésus-Christ on impose le seul fait de faire pipi. Pris en train de se soulager dans la nature deux automobilistes ont été verbalisés : 135 € ! Mais en même temps, il est quasiment impossible de trouver des WC publics dans le pays. On peut se faire vacciner gratos, mais pour pisser, faut payer !

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

20.-  Mon copain Jean-Pierre T, Ardéchois coeur fidèle, y compris à Macronique alors que ses idées ne penchent guère du même côté - j'en profite pour remercier Gérard, Alain, Claire, Marie et bien sûr j'en oublie, qui sont dans la même situation - m'a transmis voici peu une coupure de journaux à pisser de rire. Et comme il sait que je démarre au quart de tour…

L'histoire, je la résume en deux mots pour ceux qui ne seraient pas tombés sur l'info. C'est un automobiliste, représentant de commerce dans le Nord. A 64 ans et avec une possible propension à se désaltérer à la bière, notre homme n'a peut-être plus la prostate profilée de ses belles années de compétition. Toujours est-il que comme nous l'avons tous fait - ou presque car on trouvera bien quelques vertueux qui ne pissent jamais dans la nature, de même qu'ils ne pètent probablement en aucun cas ! - le voyageur mit son clignotant à droite et s'arrêta dès qu'il le put, avisant une voie de stationnement.

Une fois soulagé et je ne sais pas s'il existe plus grand soulagement que lorsqu'on peut accomplir paisiblement sa miction - en ayant évité de dommageables débordements - à part peut-être de dire merde à un chef (?) l'homme se remit au volant. Si vous avez du temps à perdre vous lirez l'article dans le détail, mais toujours est-il que deux gendarmes ayant vu la scène, s'arrêtèrent et verbalisèrent le délinquant pour "déversement de liquide insalubre hors des emplacements autorisés."

Par déformation professionnelle et bien qu'ayant toute confiance en Jean-Pierre, il m'a fallu aller vérifier sur le net. C'est le journal de l'Orne qui semble s'en être fait le premier l'écho, relayé par une partie de la presse régionale. Mieux, j'ai même retrouvé une affaire similaire. Elle ne tient pas debout non plus, même si la fautive était, elle, accroupie pour des raisons uniquement physiologiques.

C'était donc une femme qui revenait de voir son père nonagénaire dans la Côte d'Or. Saisie d'une envie pressante, elle se gara fort correctement et fit ce qu'elle avait à faire. Pareillement verbalisée, elle se retrouva devant le tribunal de police où une juge à la fois solidaire de la féminité et particulièrement humaine trancha : "Vous auriez dû prendre vos disposition ! " Par ici les 135 € !

Oui parce qu'en plus, l'Etat ne se mouche pas avec la manche lorsqu'il surprend un contrevenant. Mais même à ce prix là, pas sûr que ça leur fasse passer l'envie. Parce que tenez, moi par exemple j'ai sans cesse besoin de pisser. Je vous remercie de vous inquiéter de ma santé, la prostate apparemment va bien même s'il me faudrait sacrifier un de ces jours au merveilleux touché rectal dont le premier objet - le seul en principe ! - consiste à estimer la taille de la glande masculine. Entre nous, en cette époque formidable où l'on envoie des oisifs passer six mois dans des stations orbitales, je m'étonne que l'on n'ait toujours  pas trouvé un autre moyen de jauger la taille d'une prostate. Mais c'est un autre débat...

En réalité c'est ma vessie. Toute petite ! m'a diagnostiqué le radiologue voici trente ans. C'est la faute à maman qui souffrait de la même atrophie. Remarquez pour ma fierté d'homme il a mieux valu que ce soit le réservoir qui soit riquiqui plutôt que le robinet. Mais ce n'est pas non plus la question... 
Alors comme je bois beaucoup (de l'eau comme le savent ceux qui me connaissent le mieux), je passe une bonne partie de la journée, les jambes légèrement écartées en sifflotant avant de secouer l'instrument. Lorsque je marche le matin, faisant le yoyo avec Marie, je m'arrête trois-quatre fois. Si j'ai bu un ou deux cafés et que la température est basse, cela peut aller jusqu'à 6 pauses ! Alors imaginez si je me faisais choper à tous les coups : 1000 euros par jour ! Mon pipi aurait une plus grande valeur qu'un Don Pérignon hors d'âge.

Et depuis, pardi, je fais des cauchemars ! M'imagine traqué par les farces de l'ordre me poursuivant dans la nature, déguisées en arbre et avançant un peu comme des militaires en tenu de combat. Chaque fois que je n'y tiens plus, allez 135 balles ! Et fatalement un jour je finis par en prendre un pour un vrai arbre. Ma peine allait être transformée en prison pour "outrage à agent de la force publique", heureusement je me suis réveillé à temps. A temps mais en nage car j'avais fini par me pisser dessus .

Cela me fait aussi penser à un matin à Paris où, me rendant à pied à une conférence de presse dans un hôtel luxueux, j'avais été incapable de trouver le moindre lieu d'aisance. Ce jour-là,  le boulevard Masséna me parut interminable. N'y tenant plus, j'entrai dans un bar,  commandai un café tout en descendant au sous-sol où se trouvaient les WC. Hélas ils ne s'ouvraient que moyennant une pièce de cinquante centimes et je n'avais pas un pet de monnaie. Au bord de l'explosion, je ressortis de la brasserie et me libérai in extremis derrière un engin de chantier mais quasiment devant les passants, ne parvenant à cacher que le gros du matériel.

En découvrant cet article, je mesurai la chance que j'avais eu de n'être pas débusqué par la marée-chaussée. J'aurais peut-être écopé d'une lourde peine pour atteinte aux bonnes moeurs et exhibitionnisme. Mais c'était il y a quatorze ans, dans une société un peu plus humaine, apaisée et moins autocratique.

En résumé, on vit une époque et dans un pays formidables, celui de Saint-Emmanuel-les-mains-jointes où l'on nous impose de nous vacciner, mais où l'on nous interdit de pisser...

LIRE L'ARTICLE

https://actu.fr/normandie/neaufles-saint-martin_27426/eure-un-habitant-de-neaufles-saint-martin-verbalise-pour-un-arret-pipi-au-bord-d-un-champ_44497802.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua