Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

310 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

LA RÉPUBLIQUE, C'EST NOUS !

Vaut-il mieux passer pour un cynique, froid calculateur, manipulateur, matérialiste ou bien un idéaliste pur et honnête, en résumé passer pour un salaud ou pour un con ?

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si aujourd'hui je pose cette question philosophique, quasiment existentielle, je m'empresse d'ajouter qu'elle ne se choisit pas comme une option sur votre bagnole ou l'agencement d'un appartement. On est comme on est et souvent d'ailleurs, comme on naît.
Moi, je le sais, sans l'avoir donc choisi, je suis un con tout simplement ! Qui croit encore en certaines valeurs humaines et autres vertus cardinales, la sincérité, l'intégrité, la fraternité. Et quand je dis que j'y crois, ce n'est pas exactement cela. Je suis ainsi, mais n'éprouve pas la sensation - oh combien agréable ! - d'appartenir à un mouvement spontané. Toutefois, ne m'estimant pas unique, il y a de fortes chances pour que je ne sois pas seul non plus.

Et c'est sur cette espérance, à défaut de conviction, que je défends encore et jusqu'au bout sûrement si aucune preuve accablante n'interfère d'ici là, en la pureté de la démarche de Mathilde et Samuel, les jeunes qui ont initié et porté avec un courage inouï cette Primaire Populaire. D'ailleurs lorsqu'on mesure le nombre et la violence des détracteurs de ce mouvement citoyen, on devine bien qu'ils n'appartiennent originellement à aucune chapelle.

Enfin si ! Pour rester honnête - et ceux qui me connaissent savent que je le demeurerai malgré toutes les facéties rhétoriques et une mauvaise foi assumée - les gamins provenaient probablement, de près ou de loin, de la mouvance écolo et c'est en cela qu'ils trouvèrent en Sandrine Rousseau - qui n'est d'ailleurs pas ma tasse de thé ! - un appui hélas perdu en même temps que la primaire des Verts. Mais que les générations montantes, concernées bien plus que nous par le dérèglement climatique, interviennent en prenant les citoyens à témoins et à la base, qu'ils prônent notamment un rééquilibrage social et même de la société tout entière, qu'ils s'opposent à la logique de consommation et militent en faveur de toutes les formes de justice, voilà qui m'allait, me va, m'ira toujours très bien.

Dans une manière de sophisme indigne et pourtant bien répandu dans les partis politiques, en l’occurrence la France Insoumise, EELV et le pauvre PS à bout de souffle, on présente cette Primaire Populaire comme un vecteur de division mis au service de Christiane Taubira. Comment ne pas alors s'indigner, se révolter même face à une telle manipulation des faits.

Lorsque la Primaire Populaire a été lancée, l'été dernier, j'y étais. L'un des premiers à y adhérer. Il se trouve que j'y allais pour parrainer Christiane Taubira. Je fus alors surpris de constater que dès les premiers votes elle prit son envol pour n'être plus jamais rattrapée. Cela démontre simplement que cette maîtresse femme incarnait le mieux ce désir d'union des forces de gauche. Suivait l'excellent François Ruffin l'Insoumis, puis Sandrine Rousseau la Verte et Gaël Giraud de la société civile. Tous les courants de gauche étaient ainsi représentés. Et je comprends que Mélenchon, venant ensuite et à la traîne, largement dépassé par l'un de ses lieutenants et bientôt talonné par Christine Autain ait pris la mouche, c'est bien dans sa manière d'être.

C'était le temps toutefois ou l'Insoumis considérait la PP avec mépris, comme un gadget pour amuser quelques adolescents mal dégrossis. Plus tard, lui comme Jadot et l'inexistante Hidalgo finirent pas s'affoler lorsque les chiffres d'inscriptions au vote, ainsi que par les soutiens d'artistes, d'intellectuels et personnalités politiques, rendirent le processus parfaitement crédible.

Depuis ils usent de toutes les pressions, subterfuges et mensonges pour discréditer les instigateurs de ce mouvement à qui l'on reproche de n'être pas légitime alors qu'il a établi des règles démocratiques claires. Que sur la base d'un programme écologique et social, les citoyens choisissent celui qui leur semble à même de mieux les représenter...

Ils ne l'acceptent pas tant pis pour eux. Voici en quelle estime ils tiennent un mouvement d'initiative citoyenne ! Et donc, si Madame Taubira confirme son avance sur les parrainages, elle portera une parole forte et ferme, généreuse et déterminée à défendre ces valeurs fondamentales sur lesquelles reposent nos attentes et nos espoirs.

C'est ce refus d'obéir à un ordre politique vertical vieux comme l'empire romain et la monarchie des Bourbon jusqu'à Saint-Emmanuel-les-mains-jointes et Mélenchon, cette absence de résignation qui met les détracteurs de la Primaire Populaire en rage. Raison de plus pour y adhérer en masse et nous avons jusqu'à ce soir minuit, pour qu'il en soit ainsi....  

https://primairepopulaire.fr/

" On ne gouverne pas la France comme une banque "

Il y a quelques mois je consacrais Macronique au copain de la Creuse, Gauvain le p'tit gars du peuple qui chante de si belle chose de l'amour, de l'espérance, mais aussi de la détresse d'un monde et d'une société en déshérence . 
Comme naguère Le Forestier, Ferrat, Fugain, Gauvain Sers à repris le flambeau de la belle chanson engagée, comme le font encore Lavilliers, Perret  et HK ... 
Ce matin deux abonnés, Caroline et Francis m'ont fait parvenir ce direct sur France Inter, intitulé Monsieur le Président....

https://www.youtube.com/watch?v=HB9fvp1yRsI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart