Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

280 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2021

LIQUIDATION DE SÈCHE-LINGE

" On s'est parfois fait prendre pour des imbéciles... " cette phrase mythique sur le point d'entrer au Panthéon des perfidies a été entendue autour d'une table qui réunissait plusieurs anciens salariés de Whirlpool à Amiens, hier après-midi, dans la forteresse de la Préfecture de la Somme.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous pûmes aisément - mais indument - l'attribuer à l'un de ceux qui, depuis plus de quatre ans se trouvent dans l'expectative quant à l'avenir de leur boîte et dans la souffrance avec une fragilisation des statuts, une paupérisation des personnels et plus de cinquante emplois sacrifiés, soit environ dix pour cent de l'entreprise. Et l'on ne parle pas des intérimaires privés de ressources.
" On s'est parfois fait prendre pour des imbéciles, on s'est parfois fait avoir collectivement..." Si c'est un bien bel euphémisme, ce qui est tout de même le plus étonnant, le plus ahurissant c'est qu'il a été prononcé par Saint-Emmanuel-les-mains-jointes en personne ! Impliquant les salariés et les syndicats dans l'échec de reprise de Whirlpool.
Gonflé, non ? Le candidat tombé de Jupiter comme la vérole sur le bas-clergé s'invite dans l'usine en crise entre les deux tours de la campagne des présidentielle 2017 pour promettre - au moins - la lune et fait une annonce fracassante : "Si je suis élu, je reviendrais faire le point avec vous dans six mois." Parole tenue (si, si !) il redébarque, triomphant, chez Whirlpool, les pectoraux gonflés comme le  petit coq que l'on connait. Alors qu'est-ce que je vous avez dit, les cocos ? Je suis là ! Et votre problème, on va le régler. Le repreneur on va vous le trouver !
Toujours aussi sûr de lui et l'estomac en acier trempé, il avait tout de même dû ferrailler avec un autre Picard, pas vraiment du même bord, ni de la même trempe d'ailleurs. François Ruffin était venu expliquer que ce président-là avait sûrement moins de préoccupation pour eux que pour les actionnaires qui pompent systématiquement tous les bénéfices de la sueur des ouvriers.
Bref; c'est un peu la queue basse, mais avec toujours cette arrogance qui fait l'homme, que l’Élyséen en pré-campagne électorale aux frais de l'État, s'est pointé, quatre ans après, non pas sur le site amiénois mais bien à l'abri, en expliquant qu'ils s'étaient tous faits prendre pour des imbéciles ! Faut quand même aller la chercher celle-là, d'explication. Et la déclamer sans même rougir ! Pas plus que quand il ose annoncer, après un si long fiasco  : "Mais on va continuer à chercher des solutions" ! C'est d'ailleurs ce qu'il a promis hier aux pêcheurs et qu'il promettra à qui voudra l'entendre. En leur donnant généreusement rendez-vous lorsqu'il aura été réélu !
Mais nous aurons tous noté un détail plutôt amusant. Contrairement à octobre 2017, le président ne portait pas cette fois le gilet jaune, ayant préféré un magnifique costume sur mesure. Il faut dire qu'il avait alors lancé une mode qui allait faire un malheur, environ un un an plus tard, au point de se généraliser aussi bien sur les carrefours de provinces que le samedi après-midi sur les Champs-Élysées.
Toutefois on sait bien que les modes reviennent pas cycles et que celle du gilet de détresse des citoyens, n'est pas bien loin : à droite du conducteur dans la boîte à gant ! Dès fois que certains d'entre nous en auraient pour de bon assez d'être pris pour des imbéciles par le premier de cordée...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT