Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

277 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2021

LES RÉPUBLICAINS LIBÉRÉS DE LEUR MUSELIER !

Il aura mis le temps. Il aura pris de l'élan. Mais enfin ça y est, l'idolâtre de Saint-Emmanuel va enfin pouvoir s'ébattre et s'épanouir dans la cour de macronie. Inutile de souligner l'ambiance festive dans les rangs de "Les Républicains" qui tout en dégustant une coupette devaient formuler l'espoir que Estrosi et Falco aille compléter la triplette à l'Horizon

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si ça se trouve, Saint-Emmanuel-les -mains-jointes est très fier de ce ralliement Pagnolesque ! Tant ces gens-là gravitent dans les mêmes stratosphères, où ils peuvent certes croiser un Pesquet, mais sans connexion avec le monde réel dans lequel nous tentons de survivre. En tous cas, ce membre à part entière de la confrérie des renégats de la famille macroniste, ne pointera jamais au rang des témoins de moralité. Médecin - malgré les apparences - c'est surtout un affairiste comme il en court par hordes de Marseille à Nice. Outre cette vénération pour l'intrigant élyséen, ce n'est pas le seul trait commun qui le relie à Estrosi. Il s'agit de deux Sarkozystes purs et durs ayant viré du libéralisme de l'ancien monde au super libéralisme du nouveau. En voilà deux qui, pour des Méditerranéen mondains, avancent avec de gros sabots !

Et si vous creusez un peu pour mieux cerner le personnage, vous apprendrez par exemple que le coquinou a demandé la nationalité à l'Ile Maurice. Non pas en hommage à son père qui portait déjà ce prénom, mais afin d'y réaliser quelques beaux projets immobiliers à destination notamment de ses nombreux amis exilés fiscaux ! Ceci alors même qu'il était secrétaire d’état aux Affaires étrangères et s'associait dans cette très juteuse affaire mauricienne,  avec le beau-frère de Christine Lagarde, toute puissante ministre des Finances de ce bon vieux temps...

Et ne cherchez rien de tel sur Wikipédia. Même la direction de l'AFP tenue par un ami en 2012, avait refusé la publication de l'info. Et on comptera pour broutilles la mise en examen de son épouse, l'avocate Stéphanie Clément, pour  recel d'atteinte à la liberté et à l'égalité des candidats dans les marchés publics » et « recel de prise illégale d'intérêts ». On ne peut pas être tenu responsable des agissements de son conjoint !

Mais quel cinéma tout de même ! En ne demeurant que sur le pur terrain politique, nous avons à faire là à un sacré charlatan. Certes, ses multiples revers électoraux et notoirement son incapacité à succéder à Gaudin à la mairie de Marseille ont dû provoquer des troubles comportementaux qui en font sans doute quelqu'un à plaindre plutôt qu'à blâmer. Champion du libéralisme traditionnel, il aurait pu se contenter avec son parti - Les Républicains - d'attendre que le vent tourne. Mais non ! Sorte de Valls de droite, enfin de Valls tout court, pour rattraper la ba-balle, il a sauté dans le camp d'en-face, celui de Jupiter-à-la-houppe. Mais là où c'est quand même fort, c'est qu'au lieu de rejoindre en Marche qui aurait été trop content (voilà que je m'exprime comme les jeunes avec Macron) de recueillir une adhésion, il a préféré pourrir la vie des membres de son parti. Ne sachant finalement, comment... partir !

Enfin ouf ça y est ! Il a  trouvé la porte. Soutenant Bertrand, qui le lui rend - c'était trop tentant - en caguant, pour la primaire de la droite, il s'est fait envoyer à dix mètres par le candidat à la primaire qui, entre Ciotti et lui, avait fait son choix depuis belle lurette. Car il a beau être bien de droite le caillou Niçois, il est au moins fidèle à ses idées. Mais enfin, il l'a joué plutôt fine, le ravi du Vieux-Port. Parce qu'il n'imaginait pas un seul instant que le favori des Républicains allait accepter le soutien - joli corde en vérité - d'un félon Macroniste. Il n'y aurait rien eu de tel pour plomber sa campagne et les maigres chances de remonter la pente jusqu'au second tour.

Enfin bon, rassurez-vous, il n' y a rien de tragique à cela. Accompagné d'Estrosi et de Falco, formant le fameux gaga-club de la côte méditerranée, Muselier va reprendre du service auprès du grand saucisson du Havre. Dans un parti qui s'appelle "Horizon" mais qui paraît, avec cette engeance, déjà bien bouché !

A LIRE 

https://marsactu.fr/la-depeche-afp-sur-les-affaires-a-lile-maurice-de-renaud-muselier-mise-a-la-poubelle-par-la-direction/

A REGARDER 

Une amie m'a fait parvenir cette parodie des Goguettes, pas vraiment nouvelle mais qui m'avait échappé l'an dernier à sa parution. Il n'est jamais trop tard pour booker un kick off pour upgrader le network...
https://youtu.be/j8NdAex-AEg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Nucléaire
« Hugo », lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie