Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2021

LES IMBÉCILES HEUREUX

Ça y est, allez-vous dire, il enfourche son dada et va nous faire quelques tours de manège. Bon c'est possible, mais je vous le rappelle, si ça vous va pas, vous pouvez toujours sortir, on ne retient personne. Mon cheval de bataille, avec sa grande crinière noire et ses fines attaches aux valeurs humanistes, il s'appelle Égalité.

Jaco 48
Retraité journaliste - Toujours blogueur et encore debout
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y en a deux autres de la même lignée, Liberté et Fraternité, mais je n'avais pas les moyens de m'offrir les trois étalons de la République. En plus ce que je trouve bien, finalement, c'est qu'avec Égalité, je synthétise quasiment les deux autres. Je ne sais pas si vous m'avez suivi, car il est vrai que je suis un peu parti au galop.

Oui mais quand c'est trop, c'est trop ! je pense que beaucoup dans cette lecture, éprouvent le même malaise. On n'en peut plus. On étouffe, on suffoque et si l'on n'explose pas encore, c'est que nous sommes trop raisonnables, déjà trop résignés ou manquant - je crains de tenir ici la principale justification - de courage !

Nous vivons donc dans cette open space libéral dans une sorte de course au confort, au mérite, au pognon, une hyperconsommation tellement flattée par la Macronie qu'elle en est directement issue et dépendante. Je les vois les jeunes - et les moins jeunes aussi, les yeux fixés sur leur portable. Pour leur expiation, ils auront la cataracte à 40 ans et la DMLA à 60 ! Mais en attendant, qu'ils te radotent sur les résos, les deux pouces s'agitant sur un clavier pas plus grand qu'un mouchoir de poche et le petit cabanon qui leur sert de tête. Pas sur qu'ils soient même en couple virtuel avec une jolie fille, la plupart se foutent du sexe, certains ne connaissant même pas leur penchant.

Ils ne font plus médecine, ou droit, mais écoles de commerce. Ils ne rêvent plus de sauver des vies, ni même d'un statut social, ils sont tous possédés par la Silicon Valey. Leur truc à eux c'est l'innovation et le pognon. Pesquet et Bezos.

Ne me le dites pas, il est certain que je suis né trop tard dans un siècle trop moche. J'ai certes évité deux guerres, mais enfin, pour en arriver là... Parfois j'aimerais être déjà mort. Et quand je vois tant de pauvres hères qui s'y raccrochent à mon grand étonnement, cela fait une moyenne.

Bon, mais quand même qu'est-ce qui a pu le foutre dans un état pareil le Jaco ? La tête de Saint-Emmanuel-les-mains-jointes, son comité de soutien pour sa réélection avec les Dalton : Philippe, Castex, Ferrand, Bayrou - que des perdreaux de l'année et pas la moindre caille à l'horizon ! - Ou bien alors ces migrants que l'on laisse se baigner en se les renvoyant d'une rive à l'autre, jusqu'à ce qu'ils finissent pas lâcher l'affaire et couler ! Non tout ça c'est du classique, du quotidien. Je dis pas que je m'y suis fait, mais je me suis aussi épuisé et laissé noyer.

C'est encore un sondage qui m'a mis hors de moi. Ou plutôt deux. Et ça ne fait que commencer ! Le premier remonte à quelques jours. Commandé à Elabe, un institut pas farouchement de gauche, par l'institut Montaigne, un think tank - comme ils disent - hystériquement libéral. C'est vous dire qu'il n'est pas du tout, mais alors du tout, orienté. Et qu'est-ce qu'il révèle de si gros, ce sondage aux petits oignons ? Ben que les Français se disent heureux, attention, roulement de tambours à ... 80 % ! Et comme si la couche n'était pas suffisante, ils en remettent une deuxième, tenez-vous bien, ils sont même très heureux, les Français, à 40 %.

C'est quand même vous dire qu'on chipote. On se demande comment il peut y avoir une opposition en France. Comment ils osent ! Avec de tels résultats, le mieux serait même de se passer d'élections et de leurs palabres. Alors pour être totalement transparent, je ne sais plus si le sondage a été effectué avant l'achat du vote à 100 balles par les gouvernementeurs ou après. Mais vu que trente millions vont recevoir le chèque, on mesure à quel point c'était inutile de les corrompre puisqu'ils baignent déjà tous, non dans la Manche, mais dans la félicité. Ah au fait, si vous connaissez quelqu'un qui a été interrogé par Elabe, dites-le moi. Car même si on ne fréquente pas le même monde, dans mes relations j'en connais peu qui trouveraient cette époque tellement formidable.

Le second sondage, date d'hier. Et qu'est-ce-qu'il nous révèle, celui-là ? Que pour les Français ce qui compte le plus  dans le vote à la présidentielle, c'est le pouvoir d'achat. Pas celui de ceux que l'on ne voit jamais, cette jeunesse très pauvre privée de tout et ces petits vieux qui meurent avec le minimum vieillesse et se rabougrissent dans un fauteuil défoncé. Pas de ceux que la France se couvre d'indignité et de barbarie en leur foutant des coups de pied plutôt que de leur tendre la main.

Non, ce qui compte aux 80 % qui un peu plus haut se disaient heureux, c'est d'en avoir un peu plus. Parader dans leur bagnole, se faire deux cinémas par semaine et au moins autant de restos, un séjour d'empreinte carbone maxi à Courchevel, puis un voyage fantastique... Passer aussi une partie d'Halloween déguisé en sorcière, des toiles d'araignée dans le plafond, avec les gamins - qui sont les cons de demain - à quémander des bonbons chez le voisin ; passer une partie de leur friday à commander sur Amazon tout un tas de nullités, en tout cas bien inutiles. S'apprêtant à remettre ça, déguisé en père Noël. Ils sont tous tellement formatés, manipulés, abêtis, déshumanisés qu'ils n'ont plus conscience de rien.

Ils ne se rendent pas compte que si l'écologie est devenue la première cause à défendre pour limiter la catastrophe, en faisant tourner l'industrie, les usines à gaz, les GAFAM, les avions, les camions, eux contribuent grandement à l'anéantissement de l'humanité.

Ils sont 45 % à placer le pouvoir d'achat en tête de leur préoccupation. Pas le pouvoir d'achat de ceux qui n'ont et ne sont rien. Ça c'est le cadet de leur souci. Tout pour leur gueule. La deuxième préoccupation c'est la santé. Loin derrière à 30 % ! Parce qu'avec les doses qu'on leur met dans le cornet ils ne sont pas prêts de s'enrhumer. Pour 24 % quand même c'est l'immigration et l'insécurité. Oui parce qu'il ne faudrait pas qu'ils aient dans l'idée de venir toucher un peu à notre bonheur. Et puis alors avec 21%, c'est à dire plus de la moitié moins que la consommation, vient l'environnement. C'est dire que nos compatriotes ont bien pris la mesure des enjeux planétaires et engagé le monde d'après sur les meilleures bases. Ils s'en tapent ! Quant à l'éducation, dont nous disons quelle est le socle de toute société saine, qu'elle doit être non seulement confortée mais réinventée, elle préoccupe 13 % des gens. Et la culture me demandez-vous ? Elle n'est même pas mentionnée par le sondage Odexa pour Europe 1 ! A quoi bon ?

Voilà j'en peux plus. Suis épuisé. Vous laisse...

Ah non, avant, je voulais remercier Manu de Marseille pour l'excellent dessin qu'il m'a fourni et que j'ai utilisé en tête, car il illustre parfaitement le propos. Vous inviter aussi, dans le cas où vous auriez des amis qui penchent vers l'esprit de Macronique, à leur proposer de s'abonner pour maintenir son audience. Car je vous signale que des gens heureux qui ne comprennent rien à ce que j'écris et qui s'en vont, il y en beaucoup plus. Vous me direz c'est normal : 80 % ...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener