Jacques Bolo
Editeur, Auteur
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2022

Ferdinand Tönnies, Communauté et Société (1887)

Tönnies (1855-1936) est surtout connu pour cette opposition, 'Communauté et Société' qui se résume à une valorisation de la communauté, considérée comme «organique», contrairement à la société considérée comme artificielle. Mais on oublie généralement de mentionner que Tönnies a recours à une référence fréquente à Marx, du fait de la relation entre communauté et communisme.

Jacques Bolo
Editeur, Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Introduction

L'opposition Communauté et Société est devenue une sorte de cliché sociologique. Une raison est sans doute que la lecture du livre de Tönnies (1855-1936) est fastidieuse et qu'on survole le livre au lieu d'en faire une lecture suivie. L'auteur prétend exposer des « Catégories fondamentales de la sociologie pure », comme l'indique le sous-titre, mais cela correspond plutôt à une sorte de manuel scolastique pour justifier répétitivement cette opposition.

La communauté est considérée comme « organique » et la société comme « réfléchie » (abstraite). Plus précisément, Tönnies parle de « volonté organique » et de « volonté réfléchie » en s'inspirant du philosophe et moraliste F. Paulsen qui disait « toute nature psychique représente une volonté », comme l'indique le traducteur Joseph Leif dans sa préface (p. 17). Tönnies voit l'organisation sociale comme l'expression d'une force vitale : « La volonté organique est l'équivalent psychologique du corps humain ou le principe de l'unité de la vie » (p. 125) qui relève plutôt d'une pétition de principe. N.B. Nicolas Berdiaeff, dans L'homme et la machine (1933) dont j'ai aussi fait un compte-rendu, utilise aussi la notion d'organique qu'il oppose lui-même à organisation.

Les définitions de Tönnies prennent une tournure hégélienne quand il « distingue la volonté dans la mesure où elle contient la pensée, et la pensée dans la mesure où elle contient la volonté. Chacune présente un tout cohérent où les sentiments, les tendances et les désirs [...] ont leur unité, laquelle unité doit cependant être comprise dans le premier concept comme réelle ou naturelle, dans l'autre comme idéelle et artificielle... » (p. 125). Mais cette notion d'unité ne sert à rien si c'est pour caractériser n'importe quelle entité : « rien n'est unité dans la mesure où il est partie et tout est unité dans la mesure où il est tout » (p. 207). Les considérations de Tönnies s'annulent très souvent.

..........................

Concrètement, on peut constater que de nombreuses variantes des idées de Tönnies sur communauté et société sont celles qui structurent la pensée réactionnaire actuelle. Les élections politiques françaises et mondiales mettent en scène l'opposition entre traditionalisme nationaliste et mondialisme.

.............................

Lire la suite sur Exergue : Ferdinand Tönnies, Communauté et Société (1887)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier