Torpeur estivale et ses lots de bassesses en tous genres...

À chacun dans son domaine, la période estivale, donne souvent lieu à quelques exactions ou de "petites" lâchetés ordinaires, profitant ainsi d'une opinion publique distraite par le sable chaud et les coups de soleil... Préférant penser à autre chose, qu'aux coups de bambous qui les attendent à la rentrée.

Ainsi, celles et ceux, "assigné-e-s à résidence" durant cette période, par choix ou contraintes matérielles diverses, constateront (peut-être) avec effroi, le nombre incalculable de tas où s'amoncellent de meubles et affaires personnelles diverses, jonchant les trottoirs, suite à des expulsions. Cette année semble particulièrement dense dans ce domaine.

Du côté des pouvoirs politiques, principalement le dernier arrivé aux affaires, profite de juillet - août, pour se livrer sans vergogne, à ce que l'on peut difficilement qualifier autrement que de coup d'état social... Pour mémoire, cette méthode et contenus similaires, constituaient la feuille de route envisagée par le candidat Fillon. Comme quoi, les politiques "ni gauche et de droite"  sont rarement délaissées dans les choix électoraux de l'oligarchie.

C'est également au cours de ces mois d'été, que se produisent un grand nombre de bavures policières, l'affaire Adama Trahoré et bien d'autres passées sous les radars, avait été assez emblématique de l'échauffement neuronal de nos forces de l'ordre. Les "quartiers" sont pour elles, en cette période, des terrains d'opérations assez prisés pour s'exercer...

Que dire aussi des fournisseurs d'eau ou d'énergie, qui font preuve d'un zèle manifeste pour interrompre leurs fournitures...?

Et puis, l'air de rien, certaines rédactions (les plus sournoises) ne sont pas en reste dans leurs modes d'action estivales. Et elle n'y vont pas avec le dos de la cuiller, pour alimenter une certaine désinformation, ou se laisser aller plus qu'à l'ordinaire à quelques censures bien senties ou, carrément, opérer quelques purges, au sein de leur lectorat participatif, lorsqu'elles en sont dotées.

J'en profite néanmoins, pour souhaiter de bonnes vacances à toutes celles et ceux, qui, sans craintes et sans retenues, peuvent profiter de congés si chèrement conquis...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.