Robin des Rois n'est pas un coutumier de la forêt de Sherwood...

Au fil des semaines, l'élu de circonstances, se complait dans l'outrage et le mépris à l'égard du peuple qu'il est censé représenter. Où cela "le" / "nous" mènera-t-il ?

blason-macron

 À moins qu'il ait totalement péter les plombs, il est difficilement imaginable que cet être à la pensée complexe, agisse par désinvolture, lorsqu'il profère ces insultes. Incontestablement, il a l'intention de jouer la carte du chaos, en attisant les haines des uns contre les autres.

Que peut-il réellement espérer en manœuvrant ainsi ?

Stigmatiser une large partie de la population, ne produira rien d'autre que de la violence, qui viendra s'ajouter à celle qu'il infligera au travers de la politique qu'il entend mener. Sans doute pensait-il que le plus difficile était de se faire élire. Ce seul fait, relevant déjà d'une performance inédite dans notre histoire, n'a sans doute pas manquer de lui monter à la tête. Et de se voir ainsi, après quelques semaines seulement, dégringoler dans les sondages d'opinions, ajouter à la mobilisation qui monte contre ses réformes, doit le ramener à la dure réalité de l'exercice du pouvoir. Surtout pour quelqu'un comme lui, à ce point soucieux de son image, de la dorure de son blason et de sa légitimité.

La fébrilité de cet homme, n'est pas une bonne nouvelle pour notre démocratie déjà bien mal en point. Au moindre coup dur, il aura bien du mal à endosser la responsabilité d'un chef d'État. Et on peut craindre le pire quant à ses réactions. "On" a pas élu un politicard... Il ne faudrait pas l'oublier trop vite. Un business man à peine élu, animé d'un tel goût pour les choses de la guerre, devrait nous faire réfléchir. 

Bref, on n'a pas cul sorti des ronces, comme dirait le premier qui l'a dit...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.