jacques myard
Membre Honoraire du Parlement - Maire de Maisons-Laffitte - Président du CNR
Abonné·e de Mediapart

233 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2019

25ème ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE RWANDAIS : LA FRANCE N'A PAS À ROUGIR DE SON ACTION !

Il y a 25 ans a été perpétré au Rwanda un terrible génocide; le Rwanda est une ancienne colonie belge connue pour ses rivalités historiques entre les Tutsis minoritaires mais choisis par le pouvoir colonial pour contrôler le pays sur la majorité hutue.

jacques myard
Membre Honoraire du Parlement - Maire de Maisons-Laffitte - Président du CNR
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a 25 ans a été perpétré au Rwanda un terrible génocide; le Rwanda est une ancienne colonie belge connue pour ses rivalités historiques entre les Tutsis minoritaires mais choisis par le pouvoir colonial pour contrôler le pays sur la majorité hutue.

La France a entretenu une coopération militaire  avec le régime de J. HABYARIMANA – Président hutu  - pendant des années alors qu’il faisait  face à des attaques militaires du FPR  - des Tutsis dirigés par P.Kagame – à partir de l’Ouganda.

La France a été très fortement critiquée pour son action, surtout par les médias et ONG anglo-saxons et des intérêts industriels dont l’objectif avéré est d’éliminer la présence française de cette région; il ne faut pas être naïfs !

L’Elysée a décidé aujourd’hui de nommer une commission pour établir la vérité sur la tragédie du génocide du RWANDA en 1994 où les Hutus et Tutsis se sont massacrés réciproquement, et qui fit sans doute près d’ un million de morts.

La France a été accusée de toutes les turpitudes dans cette tragédie mais c'est oublier un peu vite que la France a été la première - après le Pape - à parler de génocide, au grand dam des Américains qui ne  souhaitaient pas qualifier ces massacres de génocide car une telle qualification oblige les Etats à intervenir.

La France, après les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies, a été le seul pays à intervenir sur le terrain pour faire arrêter les massacres perpétrés des deux cotés, par les Tutsis et les Hutus (Opération Turquoise).

J'ai participé à la mission d'information de l'Assemblée Nationale dont le rapport a été rendu public le 15 Décembre 1998. Cette mission a duré 6 mois et ma profonde conviction est la suivante : la France n'a pas à rougir de son action au Rwanda, et ce d'autant plus qu'elle n'avait  aucune troupe sur place aux moments des faits.

Bien plus, le President de la République poussait le gouvernement à trouver un accord politique avec Kagame pour des élections, ce qui devait se concrétiser dans les accords d'Arusha, élections dont il ne voulait en aucun cas, préférant  prendre le pouvoir par la force, ce qu'il fit !

Lorsque l'avion du président rwandais - JUVENAL HABYARIMANA - a été abattu le 6 avril 1994, François Mitterand a déclaré qu'il craignait le pire; il a alors ordonné l'évacuation de tout le personnel de l'ambassade, personnel diplomatique et Africains hutus et tutsis c'est l'opération Amaryllis du 8 Avril 1994: plus de 1400 Européens et Africains ont été évacués .

Cette commission devrait accéder à toutes les archives françaises, très bien !

Mais, dans ce cas, il serait utile et très intéressant d’accéder aux archives rwandaises si elles existent encore.

Car Paul Kagame, l'actuel chef de l'Etat rwandais, qui a militairement attaqué le Rwanda à partir de l'Ouganda, et a été armé par les Américains, a éliminé depuis ses propres complices en les faisant assassiner. C'est le cas de son chef des services des renseignements Patrick Karegeya retrouvé mort à Johannesburg en Janvier 2014, alors qu'il affirmait que Kagame était responsable de la mort de J. Habyarimana !

Dans cette tragédie, la France - tous gouvernements confondus - n'a pas à rougir de son action, bien au contraire. En revanche, il est incompréhensible que le gouvernement actuel fasse la cour à Kigali et à un régime qui n'a de cesse de vomir sur la France.

Récemment encore, P.Kagame, afin de masquer les très graves accusations de la justice française - enquêtes du juge Bruguière -  a demandé au cabinet d'avocats américain Cunnigham Levy Muse un rapport à charge contre la France. Ce rapport du 13 Décembre 2017 recommande à Paul Kagame de poursuivre ses investigations contre les responsables français !

Ce n'est là en réalité qu'un écran de fumée pour masquer ses propres crimes !!!

" Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose " dit Chamfort dans ses maximes ...

Mais il y a une chose plus forte que la calomnie, c'est la vérité.

Eh bien Monsieur Kagame ouvrez donc vos archives aux historiens ...Si elles n'ont pas été détruites opportunément !!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart