Nationaliser General Electric

Nous devons soutenir sans faiblesse et fermement les ouvriers, les ingénieurs et cadres de GE de Belfort,

Nous devons soutenir sans faiblesse et fermement les ouvriers, les ingénieurs et cadres de GE de Belfort, cette affaire dépasse très largement la simple fermeture d'une usine - même s'il s'agit d'une fermeture après bien d'autres -.

Il s'agit de savoir si la France accepte qu'une entreprise multinationale General Electric pille la technologie française et la transfère dans l'une de ses usines aux Etats-Unis, puis décide de jeter une coquille industrielle vide mais forte d'un capital humain de très haute valeur et sacrifié !

C'est là le point majeur, c'est une question de souveraineté industrielle; si cela avait été aux Etats-Unis jamais l'entreprise étrangère n'aurait eu accès aux brevets américains qui auraient été placés sous souveraineté américaine dans une "boite noire", sans possibilité d'être transférés dans le pays propriétaire de l'entreprise américaine !

Nous somme des naïfs pour ne pas dire des idiots !

Une seule solution nationaliser GE.

Cela est d'autant plus possible que GE est financièrement en difficultés et qu'il a fait une mauvaise affaire avec Alstom.

Frédéric Pierucci le cadre d'Alstom emprisonné aux Etats-unis et lâché par les dirigeants de cette société - auteur du Piège américain - estime que c'est le moment de reprendre le contrôle de la partie nucléaire de GE et de garder l'hydraulique !

A l'évidence Bercy fait la sourde oreille, car cela signifierait revenir sur la trahison d'Etat qui a permis à GE de s'approprier Alstom, et pourtant c'est la solution pour défendre nos intérêts industriels et l'emploi.

Le gouvernement va-t-il cesser de se couche devant les Américains: et défendre nos intérêts ?

C'est la seule question qui vaille; il en rendra compte à l'Histoire et aux Français !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.