Jusqu'où va aller le nouveau khalife ottoman ?

Les insultes de Recep Tayyip Erdogan à l'adresse d'Emmanuel Macron...

 

Jusqu'où va aller le nouveau khalife ottoman ?

Les insultes de Recep Tayyip Erdogan à l'adresse d'Emmanuel Macron ne sont pas qu'une simple querelle entre deux chefs d'Etat, un dérapage incontrôlé. Cela va bien au-delà et s'inscrit dans la volonté du nouveau Khalife ottoman de prendre la tête d'une croisade islamique contre la France, nation impie et laïque.

La politique d'Erdogan ne peut surprendre que les naïfs qui ont refusé de regarder l'évolution de l'actuel homme fort - pour ne pas dire dictateur - d'Ankara.

Erdogan est d'abord un Frère musulman ( FM ) qui s'est appliqué en interne à éradiquer le travail laïc de Mustafa Kemal Atatürk, en éloignant l'armée des centres de décision, en transformant Sainte Sophie en mosquée, en pratiquant une politique nataliste et en maintenant la pression sur les Kurdes accusés de terrorisme séparatisme .

Sur le plan externe, sa politique est limpide en soutien aux mouvements islamistes.

Son hostilité à Bachar Al ASSAD est d'abord sa volonté de chasser de Damas un régime adversaire des Frères musulmans à un moment où les FM sont au pouvoir en Egypte ( Morsi ) et en Tunisie ( Ghannouchi ) .

Son objectif est simple : reconstituer sous couvert d'idéologie des FM , l'influence ottomane dans tous ces pays !

Il intervient alors massivement en soutien des rebelles contre le régime syrien, le chef des services secrets turcs ( le MIT ) confia par mégarde à des journalistes, qui la payèrent très cher, que la Turquie avait envoyé plus de 1400 camions d'armes aux rebelles dont les accointances avec l'Etat islamique sont un secret de polichinelle.

C'est l'époque où le pétrole de Daech s'écoulait très facilement en Turquie...et à permis à l'Etat islamique d'avoir des ressources importantes pour faire face à la coalition occidentale !

Ce double jeu ne suscita guère de réactions de la part des puissances occidentales qui craignaient et craignent toujours que la Turquie membre de l'OTAN et à ce titre, gardienne des détroits, ne renverse les alliances et s'allie avec la Russie.

La Turquie se joue alors des contradictions européennes et fait monter les enchères en utilisant le levier des immigrés, elle procède à un véritable chantage " si vous ne donnez pas de l'argent je pousse les immigrés vers l'UE " .

Ankara en 2016 obtient un premier versement de 3 milliards d'euros- sur 6 - contre la maitrise des flux d'immigrés; cet accord ne fut pas respecté par la Turquie ...

Cette crainte est -elle encore acceptable aujourd'hui alors qu'un navire français " Le Courbet " subit à proximité de la Libye une illumination radar, un acte d'hostilité caractéristique en termes Otaniens, sans oublier les violations du droit international de la mer à l'encontre de la Grèce.

La situation est sérieuse et l'agressivité turque va dépasser les seules relations de la France avec le monde musulman dont une large part des opinions publiques se radicalisent .

Que vont faire les communautés turques en Europe ? Erdogan leur a intimé l'ordre de ne pas s'intégrer et de rester turques !

A ce titre le silence de l'Allemagne est révélateur, la communauté turque est très important outre Rhin et peut poser un problème d'ordre public.

Sans parler des relations parfois ambiguës que Berlin a toujours entretenues avec Ankara, illustrées par l'accueil unilatéral de 800 000 immigrés sans aucune concertation préalable avec la France et tour les autre pays de l'UE !

Le malaise est palpable et traduit la crise sourde mais bien réel entre Paris et Berlin !

Mais dans un premier temps le risque majeur est un risque terroriste, les agressions verbales d'Erdogan à l'encontre du président Macron et de la France ont toutes les chances d'être perçues et interprétées par de nombreux musulmans intégristes voire islamistes comme un appel à combattre les mécréants , les impies.

On est face à un défi idéologique, un défi de conception du monde, un défi de civilisation !

On se souvient des paroles de Nicolas Ier en 1853 sur l'empire ottoman " Nous avons sur les bras ...un homme très malade " dont la décadence rebattait les cartes géostratégiques en Orient.

A l'évidence la Turquie moderne est à nouveau malade ...mais aujourd'hui de l'Hubris du frère musulman Erdogan...

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.