Voir tous
  • Joseph Wolpe : de la psychanalyse à la thérapie comportementale

    Par Jacques Van Rillaer
    Wolpe est un psychiatre d’origine sud-africaine, devenu professeur d’université aux États-Unis. Sa carrière a commencé par la pratique de la psychanalyse. Il a mené des expérimentations sur le développement et l’élimination de phobies. Il a mis au point la méthode de “désensibilisation systématique” des phobies, une des premières techniques de TCC. Il est un des principaux pionniers des TCC.
  • Albert Ellis : de la psychanalyse à la thérapie cognitive et aux TCC

    Par Jacques Van Rillaer
    Ellis est un des plus grands noms de l’histoire de la psychothérapie. Il a débuté sa carrière comme psychanalyste, puis a développé une pratique considérée généralement comme la première forme de « thérapie cognitive ». Il a toutefois toujours insisté sur l’importance de l’action, raison pour laquelle il est un des principaux artisans des thérapies cognitivo-comportementales.
  • Martin Seligman : de la psychanalyse à la psychologie positive

    Par Jacques Van Rillaer
    Le professeur Seligman doit sa vocation de psychologue à la lecture de Freud. Ses études universitaires lui ont fait comprendre la faiblesse méthodologique du freudisme et l’ont motivé à devenir chercheur en psychologie scientifique. Parmi ses nombreux travaux, nous évoquons ici des expérimentations sur la dépression et sa contribution au courant de la psychologie dite “positive”.
  • Carl Rogers : de la psychanalyse à l’approche centrée sur la personne

    Par Jacques Van Rillaer
    Rogers est un des plus grands noms de la pratique psychologique du XXe siècle. Il a commencé sa carrière par l’approche freudienne. Il s’en est progressivement éloigné et a fini par constituer «l’approche centrée sur la personne». Nous présentons six principes essentiels de Rogers qui sont en opposition avec la pratique de Freud.
  • Anna_G., “Mon analyse avec le professeur Freud”. Journal d’une didactique

    Par Jacques Van Rillaer
    Anna G. a fait une analyse didactique chez Freud en 1921. Elle a pris des notes, non destinées à la publication. Ces notes ont été retrouvées 6 ans après sa mort. La petite-fille d’Anna, psychanalyste freudienne, les a éditées avec dix textes de commentaires. On présente ici ce document qualifié, sans doute un peu vite, de “véritable petit événement scientifique”.