Jacques Van Rillaer

Professeur émérite d'université (Psychologie)

Louvain-la-Neuve - Belgique

Sa biographie
Professeur émérite de psychologie à l’université de Louvain (Louvain-la-Neuve) et à l’université Saint-Louis (Bruxelles). Parallèlement à ma fonction d’enseignement, j’ai pratiqué la psychothérapie, d’abord la psychanalyse (didactique de 1965 à 1969 ; pratique de 1969 à 1979), ensuite les thérapies comportementales et cognitives (depuis début 1980 jusqu’à aujourd’hui). Auteur et co-auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment « L’agressivité humaine. Approche psychanalytique » (Mardaga, 1975), « Les illusions de la psychanalyse » (Mardaga, 1981), « Psychologie de la vie quotidienne » (Odile Jacob, 2003 ; En Odile Jacob Poches, 2017), « Le livre noir de la psychanalyse » (Les Arènes, 2005), « Les nouveaux psys » (Les Arènes, 2008), « L’accompagnement psychologique des enfants malades » (Odile Jacob, 2012), « La nouvelle gestion de soi » (Mardaga, 2012) J’ai conservé un site de l’université de Louvain, où je place des documents sur la psychologie, la psychothérapie, la gestion de soi, la psychanalyse, l’esprit critique : https://moodleucl.uclouvain.be/course/view.php?id=9996 (cliquer sur “oui ”pour accepter le règlement) Soucieux de favoriser un scepticisme modéré, je publie régulièrement dans la revue « Science et pseudo-sciences ». La plupart des articles sont mis, après un certain délai, sur le site : www.pseudo-sciences.org
Son blog
14 abonnés Le blog de Jacques Van Rillaer
Voir tous
  • Psychanalyste : un job « facile », « pas compliqué »

    Par
    Freud a maintes fois écrit que sa méthode était facile à apprendre et à pratiquer. La théorie élaborée par Lacan à partir de celle de Freud a fait croire à l’extrême difficulté du savoir analytique. En fait, quand bien même cette théorie apparaît comme une discipline occulte, la pratique, disait Lacan, «ce n’est pas compliqué» et il ajoutait : «on fait comme si on savait quelque chose».
  • Joseph Wolpe : de la psychanalyse à la thérapie comportementale

    Par
    Wolpe est un psychiatre d’origine sud-africaine, devenu professeur d’université aux États-Unis. Sa carrière a commencé par la pratique de la psychanalyse. Il a mené des expérimentations sur le développement et l’élimination de phobies. Il a mis au point la méthode de “désensibilisation systématique” des phobies, une des premières techniques de TCC. Il est un des principaux pionniers des TCC.
  • Albert Ellis : de la psychanalyse à la thérapie cognitive et aux TCC

    Par
    Ellis est un des plus grands noms de l’histoire de la psychothérapie. Il a débuté sa carrière comme psychanalyste, puis a développé une pratique considérée généralement comme la première forme de « thérapie cognitive ». Il a toutefois toujours insisté sur l’importance de l’action, raison pour laquelle il est un des principaux artisans des thérapies cognitivo-comportementales.
  • Martin Seligman : de la psychanalyse à la psychologie positive

    Par
    Le professeur Seligman doit sa vocation de psychologue à la lecture de Freud. Ses études universitaires lui ont fait comprendre la faiblesse méthodologique du freudisme et l’ont motivé à devenir chercheur en psychologie scientifique. Parmi ses nombreux travaux, nous évoquons ici des expérimentations sur la dépression et sa contribution au courant de la psychologie dite “positive”.
  • Carl Rogers : de la psychanalyse à l’approche centrée sur la personne

    Par
    Rogers est un des plus grands noms de la pratique psychologique du XXe siècle. Il a commencé sa carrière par l’approche freudienne. Il s’en est progressivement éloigné et a fini par constituer «l’approche centrée sur la personne». Nous présentons six principes essentiels de Rogers qui sont en opposition avec la pratique de Freud.