Jacques Van Rillaer

Professeur émérite d'université (Psychologie)

Louvain-la-Neuve - Belgique

Sa biographie
Professeur émérite de psychologie à l’université de Louvain (Louvain-la-Neuve) et à l’université Saint-Louis (Bruxelles). Parallèlement à ma fonction d’enseignement, j’ai pratiqué la psychothérapie, d’abord la psychanalyse (didactique de 1965 à 1969 ; pratique de 1969 à 1979), ensuite les thérapies comportementales et cognitives (depuis début 1980 jusqu’à aujourd’hui). Auteur et co-auteur d’une dizaine d’ouvrages, notamment « L’agressivité humaine. Approche psychanalytique » (Mardaga, 1975), « Les illusions de la psychanalyse » (Mardaga, 1981), « Psychologie de la vie quotidienne » (Odile Jacob, 2003 ; En Odile Jacob Poches, 2017), « Le livre noir de la psychanalyse » (Les Arènes, 2005), « Les nouveaux psys » (Les Arènes, 2008), « L’accompagnement psychologique des enfants malades » (Odile Jacob, 2012), « La nouvelle gestion de soi » (Mardaga, 2012) J’ai conservé un site de l’université de Louvain, où je place des documents sur la psychologie, la psychothérapie, la gestion de soi, la psychanalyse, l’esprit critique : https://moodleucl.uclouvain.be/course/view.php?id=9996 (cliquer sur “oui ”pour accepter le règlement) Soucieux de favoriser un scepticisme modéré, je publie régulièrement dans la revue « Science et pseudo-sciences ». La plupart des articles sont mis, après un certain délai, sur le site : www.pseudo-sciences.org
Son blog
27 abonnés Le blog de Jacques Van Rillaer
Voir tous
  • “L’effet de l’expérimentateur” en psychologie

    Par
    On appelle “effet de l’expérimentateur” la contamination de résultats de l’observation par les attentes du chercheur. Cet effet a été théorisé à la fin du XIXe siècle par Joseph Delbœuf, à propos d’expériences d’hypnose. Au début du XXe siècle, l’histoire du cheval Kluge Hans est un exemple célèbre, très instructif. L’importance du processus est illustré ici dans le cas des psychothérapies.
  • Les causes de l’antisémitisme selon Sigmund Freud

    Par
    Sont ici présentées les explications de l’antisémitisme formulées par Freud dans ses “Œuvres complètes”. Deux explications rejoignent en partie des observations confirmées par la psychologie sociale. Deux autres sont typiquement psychanalytiques et illustrent la pensée spéculative, anti-empirique et autocratique de Freud.
  • Le business des didactiques psychanalytiques

    Par
    1) La raison de la colère de psychanalystes belges — surtout lacaniens — suite à la loi sur l’exercice de la psychothérapie. 2) L’origine de l’idée de « didactique » en psychanalyse. 3) L’autoanalyse de Freud était-elle réellement l’équivalent d’une didactique ? 4) Les bénéfices substantiels, pour les didacticiens, de la règle des didactiques psychanalytiques. 5) Le sentiment d’avoir été arnaqué.
  • Le Dieu de la Bible : injuste, jaloux, cruel, raciste, génocidaire

    Par
    La Bible est vénérée par des milliards de croyants, parmi lesquels très peu ont lu attentivement tout ce qui s’y trouve. Nous citons ici quelques passages du magistral ouvrage de Steve Pinker sur l’histoire de la violence chez les humains. Ces passages concernent la violence dans la Bible des Hébreux, l’Ancien testament des chrétiens. Le dieu qui y est décrit apparaît sinistre.
  • Roland Barthes : suiveur de Freud et de Lacan

    Par
    Roland Barthes est un écrivain du XXe siècle, un des principaux représentants de la Nouvelle critique. Il a été adulé, mais tout autant ridiculisé pour son style pédant et ses interprétations rocambolesques. Le présent texte, largement inspiré du dernier ouvrage de René Pommier sur Barthes, examine plus particulièrement les décodages de style freudien et lacanien.