Blog suivi par 14 abonnés

Le blog de Jacques Van Rillaer

Professeur émérite d'université (Psychologie)
Louvain-la-Neuve - Belgique
  • Psychanalyste : un job « facile », « pas compliqué »

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Freud a maintes fois écrit que sa méthode était facile à apprendre et à pratiquer. La théorie élaborée par Lacan à partir de celle de Freud a fait croire à l’extrême difficulté du savoir analytique. En fait, quand bien même cette théorie apparaît comme une discipline occulte, la pratique, disait Lacan, «ce n’est pas compliqué» et il ajoutait : «on fait comme si on savait quelque chose».
  • Joseph Wolpe : de la psychanalyse à la thérapie comportementale

    Par
    Wolpe est un psychiatre d’origine sud-africaine, devenu professeur d’université aux États-Unis. Sa carrière a commencé par la pratique de la psychanalyse. Il a mené des expérimentations sur le développement et l’élimination de phobies. Il a mis au point la méthode de “désensibilisation systématique” des phobies, une des premières techniques de TCC. Il est un des principaux pionniers des TCC.
  • Albert Ellis : de la psychanalyse à la thérapie cognitive et aux TCC

    Par
    Ellis est un des plus grands noms de l’histoire de la psychothérapie. Il a débuté sa carrière comme psychanalyste, puis a développé une pratique considérée généralement comme la première forme de « thérapie cognitive ». Il a toutefois toujours insisté sur l’importance de l’action, raison pour laquelle il est un des principaux artisans des thérapies cognitivo-comportementales.
  • Martin Seligman : de la psychanalyse à la psychologie positive

    Par | 1 recommandé
    Le professeur Seligman doit sa vocation de psychologue à la lecture de Freud. Ses études universitaires lui ont fait comprendre la faiblesse méthodologique du freudisme et l’ont motivé à devenir chercheur en psychologie scientifique. Parmi ses nombreux travaux, nous évoquons ici des expérimentations sur la dépression et sa contribution au courant de la psychologie dite “positive”.
  • Carl Rogers : de la psychanalyse à l’approche centrée sur la personne

    Par | 2 recommandés
    Rogers est un des plus grands noms de la pratique psychologique du XXe siècle. Il a commencé sa carrière par l’approche freudienne. Il s’en est progressivement éloigné et a fini par constituer «l’approche centrée sur la personne». Nous présentons six principes essentiels de Rogers qui sont en opposition avec la pratique de Freud.
  • Anna_G., “Mon analyse avec le professeur Freud”. Journal d’une didactique

    Par | 1 recommandé
    Anna G. a fait une analyse didactique chez Freud en 1921. Elle a pris des notes, non destinées à la publication. Ces notes ont été retrouvées 6 ans après sa mort. La petite-fille d’Anna, psychanalyste freudienne, les a éditées avec dix textes de commentaires. On présente ici ce document qualifié, sans doute un peu vite, de “véritable petit événement scientifique”.
  • La psychanalyse stimule la haine : Christine Angot et alii

    Par | 17 commentaires | 2 recommandés
    La confrontation de Mme Angot avec François Fillon sur France 2 le 23 mars 2017 est l’occasion de rappeler que la cure psychanalytique a tendance à exacerber la haine et les conflits interpersonnels.
  • Un déconverti du freudisme : Thomas Szasz

    Par | 1 recommandé
    Szasz a commencé sa carrière de psychiatre par de vives critiques à l’égard de la psychiatrie, notamment en ce qui concerne le concept de maladie mentale. À cette époque, il estimait que la psychanalyse était davantage respectueuse des patients. Il a progressivement déchanté et a fini par développer des critiques très sévères à l’endroit de Freud et de son Mouvement.
  • La vérité narrative de "La liste de Freud" de Smilevski

    Par | 1 recommandé
    Le roman de Smilevski "La Liste de Freud" a connu un succès considérable, à la fois par le nombre des lecteurs et quelques critiques acerbes, dont la plus virulente est celle d’É. Roudinesco. Nous résumons le contenu du livre, puis nous analysons des calomnies dont Smilevski a été l’objet. Nous montrons la "vérité narrative" de l’ouvrage, forme de vérité chère à bon nombre de psychanalystes.
  • Une déconvertie du freudisme et du kleinisme : Melitta Schmideberg

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    M. Schmideberg, fille de Mélanie Klein, est devenue psychiatre-psychanalyste. A partir de 1933, elle a formulé de plus en plus de critiques essentielles à la théorie et à la pratique du freudisme. Elle a fini par quitter le Mouvement freudien et a développé une psychothérapie qui annonce les thérapies cognitivo-comportementales.