JacquesAura
Abonné·e de Mediapart

29 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2022

Un préfet interdit l'arrosage des potagers mais autorise celui des terrains de golf !

JacquesAura
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes en 2022 et en France les épisodes de sécheresse apparaissent de plus en plus tôt. Dès ce mois de mai, plusieurs départements sont déjà en alerte sécheresse. Et la situation ne va pas s’améliorer : le dérèglement climatique provoque des pluies diluviennes dans certaines régions du monde et un assèchement ailleurs. L’eau est un enjeu majeur des prochaines années, une part croissante de la population mondiale est confrontée à la soif. On estime que d’ici 2030, 700 millions de personnes pourraient être déplacées du fait d’une pénurie d’eau.

Nous n’en sommes pas là en France, mais des limitations de la consommation d’eau sont régulièrement décidées par les pouvoirs publics, pour éviter d’assécher nos nappes phréatiques. Dans ce contexte, le préfet de Savoie a pris un arrêté pour faire face à la sécheresse, qui couvrait du 15 avril au 6 mai 2022. Dans cet arrêté, le préfet prévoyait qu’en cas «d’alerte renforcée» il était autorisé d’arroser les golfs, en diminuant la consommation, alors que l’interdiction est totale pour les jardins potagers. Cette décision est le symbole de la toute puissance des riches, qui ne comptent pas modifier leurs habitudes ni toucher à leurs privilèges, même face au désastre climatique. Avec l’assentiment des autorités.

 Le golf, loisir onéreux, pratiqué par les élites, est l’un des sports les plus polluants au monde. Et probablement le plus consommateur en eau. Un golf haut de gamme de 18 trous peut avoir une consommation moyenne de 5000 mètres cube d’eau par jour, ce qui correspond à la production nécessaire aux besoins d’une collectivité de 12000 habitants. Au niveau mondial on estime que 9,5 milliards de litre d’eau sont utilisés chaque jour pour arroser les pelouses des golfs : presque autant que ce que boit l’ensemble de l’humanité ! Pour qu’une poignée de bourgeois mettent leurs petites balles dans des trous.

 Le golf est aussi destructeur des sols. Les parcours doivent présenter un gazon impeccable, sans aspérité, sans vie : les mauvaises herbes, les fleurs, petites bêtes et mottes doivent disparaître. Une étude estime que 18 kilos de pesticides sont utilisés par hectare et par an pour le golf. L’agriculture productiviste en utilise en moyenne 2,5 kg par hectare et par an. Et c’est déjà trop.

 Polluant, ultra-gourmand en eau et réservé aux nantis, le golf est pourtant privilégié par un préfet par rapport aux jardins potagers, qui produisent des fruits et légumes pour les particuliers. Derrière cet arrêté c’est une vision du monde : les riches ne reculeront devant rien pour préserver leurs privilèges et leur petit plaisir, même en cas de fin du monde. Après eux, le déluge.

Source

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo