jacques.lancier
Communiste sans parti.
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2021

Immigration, terrorisme et islamisme

Selon l’Insee les immigrés sont en France 6,7 millions, soit 10% de la population française, moitié femmes, moitié hommes. Parmi eux 4,2 millions sont étrangers car 2,5 millions sont naturalisés français. En comparaison il y a 3,4 millions de français « immigrés » à l’étranger.

jacques.lancier
Communiste sans parti.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Insee Avril 2021 l’essentiel sur les immigrés et les étrangers

A ces immigrés (nés à l’étranger) s’ajoutent 7,3 millions de descendants d’immigrés (personne ayant au moins 1 parent immigré) soit au total 20% de la population française. Si on remonte sur 4 générations (jusqu’aux arrières grands parents) entre 1/3 et la moitié de la population française a un ascendant immigré. 

Les pays d’origine des immigrés sont dans un ordre décroissant :  l’Algérie 850 000, le Maroc 800 000, le Portugal 600 000, la Tunisie 300 000, la Turquie 250 000, l’Espagne 240 000 etc. La moitié des immigrés viennent d’Afrique, dont les deux tiers du Maghreb. 1/3 vient d’Europe.

Le terrorisme :

Depuis 2000 le terrorisme a tué en France près de 500 personnes auxquelles il faut ajouter plusieurs centaines de blessés. Soit 25 tués par an en moyenne. Actes commis au total par une cinquantaine de terroristes aidés parfois, pas toujours, de quelques dizaines de complices. Sur 22 terroristes des années 2012 à 2016 en France, seuls 8 étaient immigrés et 6 étaient étrangers. 14 étaient français (les frères Kouachi, Coulibaly, etc.), et 2, dont Merah, avaient une double nationalité dont la française. Mais même en admettant que les 50 terroristes aient tous été immigrés sur 20 ans seuls 0,0007% des immigrés seraient des terroristes. Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin indiquait en Aout 2020 qu’il y avait en France 8132 personnes fichées pour proximité suspectée avec le terrorisme. Ces personnes font partie des 30 000 personnes siglées S dans le FPR (Fichier des Personnes Recherchées) qui en comprend 650 000. Même si toutes ces personnes suspectées de lien avec le terrorisme étaient immigrées elles ne feraient encore que 0,1% de la population immigrée.

En France en moyenne 850 meurtriers par an commettent un crime (dont une bonne centaine sur leur compagne). Sur 20 ans cela fait 8500 meurtriers en prenant l’hypothèse volontairement exagérée que chacun d’entre eux ait commis 2 crimes.  0,012 % des français seraient des meurtriers. Proportion 20 fois plus grande que celle des immigrés/ terroristes et pourtant personne n’a l’idée de faire le lien français / meurtrier. On pourrait multiplier les exemples ; les accidents de la route etc. où il ne viendrait à l’idée de personne de faire un lien entre les français impliqués et l’ensemble des français.

Faire un lien immigré /terroriste, dans les proportions où il est, n’a aucun sens.  En fait c’est s’attaquer aux ouvriers, car 70% des immigrés sont ouvriers et employés, dans une proportion nettement supérieure à celle des « français d’origine ». C’est hypocrite de saluer les aides-soignantes ou les livreurs dans la lutte contre le coronavirus, pour ensuite les stigmatiser comme susceptibles d’être terroristes parce que souvent immigrés.

De plus c’est contreproductif car s’en prendre aux immigrés en prétendant combattre le terrorisme c’est créer des victimes « innocentes » chez les immigrés, y répandre le ressentiment, et y étendre le réservoir potentiel de recrutement pour les terroristes. Enfin c’est dangereux pour tous car on ne sait pas où ça fini : s’il y a 10% d’immigrés il y a en plus 10 % de descendants d’immigrés, et si on remonte aux arrières grands-parents la moitié de la population peut être mise en cause.

Islamisme par contre combattre idéologiquement le terrorisme, puisque le terrorisme actuel en France est principalement d’origine islamique, implique de dénoncer la religion sur laquelle il s’appuie. L’islam comme toutes les religions, catholique, juive, évangéliste, hindouiste, bouddhiste etc. nourrit des intégristes qui constituent un peu partout dans le monde le noyau idéologique des partis d’extrême droite qui divisent les travailleurs et les mènent au désastre comme l’ont fait aussi bien Al Quaida que Daesh.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila