jacquesricau@hotmail.fr
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 avr. 2009

Nouvelle Calédonie : La tragédie du Rocher - Où est la vérité ? Où est la justice ? Nouvelle audience demain 14 avril 2009

jacquesricau@hotmail.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Quand depuis plus de six ans pas une preuve sérieuse n’a été apportée contre Antoine Kohnu qui ne cesse de répéter qu’il « n’a rien a voir avec ça » ?
  2. Quand, un chef de brigade en charge d’un lieu où a été trouvé un cadavre n’en assure pas une garde effective après l’enlèvement du corps alors que tous les indices n’ont pas encore été recherchés ?
  3. Quand le « trou »de mémoire d’une heure d’un agriculteur et artiste Kanak qui vit sans montre en tribu sur sa petite île, devient l’indice probant de sa culpabilité, plusieurs années après la tragédie, pour ces juges d’une autre culture, alors que les lacunes des investigations criminelles n’ont même pas permis de déterminer , à douze heures près, les circonstances et le moment de la mort de la victime ?
  4. Quand l’ADN d’Antoine Kohnu n’a pas été retrouvé sur le cadavre et les effets de Mika Kusama et que l’ADN de Mika n’a pas été retrouvé sur le corps et les effets d’Antoine Kohnu ?
  5. Quand, d’autres prétendus « indices probants »apparaissent,des années après la tragédie, par la grâce d’objets qui n’ont pas été conservés sous scellés ?
  6. Quand les témoins entendus à la barre sont l’objet de considération différente au mépris du principe intangible de l’égalité de tous devant la loi ?

A la lecture de l’historique de l’affaire Kohnu, trop de questions restent sans réponse:

  • Elles mettent en cause la pratique peu responsable de la brigade de gendarmerie de l’île des Pins.
  • Elles mettent en cause l’enquête sur le terrain, expédiée par la « police scientifique » : lacunes, maladresses, approximations abondent.
  • Elles mettent en cause une instruction judiciaire inique parce que bâclée, et menée largement à charge. Et là, il faut parler de gouffres plutôt que de lacunes. Le dossier Kohnu est un dossier sans éléments probants.
  • Elles mettent en cause aussi une presse audiovisuelle et écrite sans concurrence, qui n’a aucune pratique d’un travail d’investigation indépendant, et qui, hormis les scoops qui gonflent les ventes, rend compte des évènements de manière suiviste, contribuant largement ainsi à façonner l’opinion.

Ces questions mais aussi DES DIZAINES D’AUTRES restent sans réponse.

Nous nous garderons bien de commenter la décision de justice qui a été prise le 12 décembre 2007 à l’encontre d’Antoine Kohnu.
Comme nous ne mettrons jamais en cause les jurés populaires qui ont eu la douloureuse mission de juger, en leur âme et conscience au procés de Décembre 2007.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien