jacquesricau@hotmail.fr
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2009

La tragédie du Rocher - Le dramatique voyage de Mika Kusama en Calédonie. Par Maryvonne Carpentier

jacquesricau@hotmail.fr
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’étonnant périple d’une jeune fille curieuse qui au gré de sa fantaisie et de ses rencontres découvre un pays d’où elle ne reviendra pas.Les parents de Mika, à qui elle avait promis d’offrir pour le départ à la retraite de son père, ce qui était pour elle le plus beau des cadeaux : un voyage, diront que le voyage était son passe-temps préféré. Sa part de rêve, dirions nous dans un pays où la vie est chère, les logements inabordables pour les petits salaires. Elle était « très, très curieuse » explique sa mère pour qui sa fille « était un trésor » . Active, elle bougeait sans arrêt. A 28 ans elle démissionne de sa société pour faire un stage de 8 mois en France en 2001, séjour qui lui aura donner le goût des sorties, des restaurants, « découvrir et rencontrer des gens était le but de ses voyages » qu’elle aimait faire seule. Courageuse, à son retour au Japon elle retrouve un travail de jour auquel elle ajoute un second travail le soir comme hôtesse d’accueil dans le bar Casablanca au 4éme étage d’un immeuble à Tokyo. La police japonaise interrogera deux clients d’une soixantaine d’années, du bar où elle travaillait quatre soirs par semaine pour se payer ses futurs voyages et aider ses parents. « Elle tenait bien le bar, beaucoup de clients venaient pour elle », nous explique -t’on. Le bar Casablanca fermera en Juillet 2002. Gaie, ouverte , « elle fumait des Mild Seven et aimait la bière et le vin français ». Elle « savait comment se comporter avec les hommes » selon son père, alors que sa mère dit « j’ai pas aimé qu’elle fasse ça, elle a déjà un travail » .Sur l’insistance de sa mère qui souhaitait la voir « trouver sérieusement quelqu’un » elle avait accepté de s’inscrire avant son départ en Calédonie, dans un organisme spécialisé et avait rencontré trois fois avant son départ le « boy-friend » à qui elle téléphonera depuis la Calédonie.Lorsqu’elle choisit de prendre un vol sec pour profiter de l’offre promotionnelle de billet,au départ de Tokyo, à l’occasion du grand « tunnel touristique » du 1er Mai 2002, vers la destination dont elle rêve, Mika Kusama se fie à son expérience des voyages non organisés et se bâtit, sans tour opérator le programme de sa semaine de vacances. Après une visite de Nouméa le lundi 29 Avril dont témoignent les photos prises ce jour là, place des cocotiers et sur l’Anse Vata elle retient un vol avec séjour d’une nuit sur Ouvéa et un vol avec deux nuits sur l’Ile des Pins « Un beau paysage, l’île où elle voulait venir peut-être » s’interroge sa mère . Les tarifs sur Air Calédonie avec 2 vols vers les îles sont avantageux quand on a un billet international . Les gîtes sont moins chers que les grands hôtels. Le mardi 30 elle est à Ouvéa au gîte Beautemps-Beaupré. Elle visite la partie Nord de l’île en profitant du day-tour, le guide interprète à Ouvéa lui proposera de la conduire en minibus avec son groupe le matin au « trou bleu ». Photos à l’appui d’une jeune fille souriante, décontractée, posant avec le guide, assise sur un tronc de cocotier coupé. L’après midi, elle circule seule sur Ouvéa et reviendra en voiture au gîte : elle a réussi à « faire du pouce » avec un « homme blanc » selon l’employé à l’accueil. Si c’est habituel pour les europèens de « se faire embarquer en stop », c’est très rare chez les japonais. Le lendemain mercredi 1er Mai, elle rentre sur Nouméa, elle a rencontré l’après-midi vers 15h dans le vol du retour un compatriote qui lui conseillera de prendre une chambre à l’Hôtel Le Paris où il loge lui-même et dont le tarif est moins cher que celui où elle a passée la première nuit sur Nouméa. Elle ira dîner avec lui dans un restaurant, ils sont de retour à l’hôtel vers 22H, interrogé bien après par la police il expliquera la venue de Mika dans sa chambre par un problème de fonctionnement de sa douche. Le jeudi 2 au matin elle part pour l’Ile des Pins,l’interpréte du day-tour la revoit à l’aéroport de Magenta, attendant son avion. On la suivra sur Kuto en écoutant le témoignage de l’employée du gîte Kuberka depuis son arrivée le matin jusqu’au milieu de l’après midi.Puis plus rien, le néant. Conduits sur les lieux de découverte du corps de leur fille, les parents de Mika n’envisageront pas une minute qu’elle ait pu monter seule sur ce rocher « lugubre » : elle avait peur des lieux sombres et des araignées, à preuve son refus de se promener dans les forêts de la montagne natale de sa mère au Japon.Sept ans après le drame, sa disparition reste un mystère, chacun de nous est confronté à ses propres hypothèses et au Doute . Maryvonne Carpentier

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau