Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

13 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2022

Retour sur un blocage de chantier

Journaliste, je suis aussi une citoyenne. C’est à ce titre et en mon nom propre que je me dois de rendre compte de ma récente mésaventure.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

Mercredi 2 février, j’ai participé à une action de blocage sur un chantier lié aux Jeux-Olympiques à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) : pendant trois heures, une trentaine de personnes ont occupé le site de construction d’une piscine d’entraînement olympique et empêché le fonctionnement d’une centrale à béton. Des banderoles ont été suspendues aux grilles et des personnes se sont accrochées à la bétonnière afin d’en empêcher le démarrage. Aucune dégradation n’a été commise. L’action était non violente.

Cette manifestation avait pour but de dénoncer la destruction de 4000 m2 de jardins ouvriers, sur l’emprise desquelles un solarium doit être construit pour les futur·e·s clien·te·s de la piscine, en 2024. Ces parcelles maraîchères ont été expulsées de leurs jardinier·e·s en septembre 2021, puis arasées (arbres arrachés, terre végétale excavée). A leur ancien emplacement, des foreuses creusent aujourd’hui des trous pour y couler la terre et le béton qui soutiendront les fondations de la piscine.

En tant qu’habitante d’Aubervilliers depuis 15 ans, et personne convaincue de la nécessité de préserver les terres nourricières et les écosystèmes pour agir contre les dérèglements du climat, je pense que la destruction de ces jardins est une grave erreur. J’ai découvert le projet de piscine et la menace qu’il faisait peser sur ces terres cultivées en 2020, à la sortie du premier confinement. Je me suis à ce titre rendue à quelques réunions du collectif de défense des jardins des vertus qui venait de se créer. Puis début 2021, j’ai enquêté sur l’histoire de cette piscine et ses enjeux économiques.

Ce premier travail m’a conduit à un deuxième article sur la stratégie de communication de Grand Paris Aménagement concernant l’opposition au projet de piscine. Et un troisième sur le choix d’une délégation de service public pour la future piscine olympique d’Aubervilliers.
En septembre, j’ai écrit un parti pris sur le sujet quand la justice a suspendu - temporairement - le permis de construire de l’équipement, alors que l’État faisait évacuer les jardins. En toute transparence, et en accord avec notre charte de déontologie, j'ai indiqué en boîte noire avoir déjà assisté, comme habitante d'Aubervilliers, à des mobilisations contre ce projet.

Ensuite, je me suis personnellement impliquée dans l’activité du collectif de défense des jardins ouvriers des vertus. Dès lors, conformément à nos règles déontologiques internes, je me suis déportée de ce sujet précis. Et j’ai donc cessé de publier des articles dans Mediapart au sujet des jardins, de la piscine et de sa contestation. Continuant à travailler sur les aménagements des JO de 2024, et à leurs enjeux en Seine-Saint-Denis, j’ai publié un parti pris en octobre interrogeant l’utilité de l’argent labellisé « JO » pour les habitant·e·s du 93, où j'ai seulement fait mention des jardins d’Aubervilliers.

Lors de l’action du 2 février sur le chantier de la future piscine, j’ai joué le rôle de contact avec les ouvriers du chantier ainsi qu’avec la police. Quand les premiers policiers sont entrés sur le chantier, je me suis présentée et leur ai expliqué l’action en cours, son objectif ainsi que le souhait des manifestant·e·s de rester le plus longtemps possible sur place. Ils ont procédé au constat des faits. Puis sont arrivés de nouveaux policiers, et le commissaire d’Aubervilliers, auprès de qui j’ai procédé aux mêmes explications. Ce rôle de contact et de lien avec eux les a conduit à penser que j’étais l’organisatrice de l’action. A la fin de l’évacuation du chantier par les forces de l’ordre, vers 9h du matin, j’ai été interpelée et placée en garde à vue pour le motif d'« organisation d’une manifestation non déclarée ». Fait que je ne reconnais pas avoir commis.

Je suis journaliste à Mediapart depuis son lancement en 2008. J’y couvre l’écologie depuis 2009, et la conférence sur le climat de Copenhague. Ce travail d’enquêtes, de reportages et d’entretiens m’a permis de comprendre la gravité des dérèglements climatiques en cours. La destruction des écosystèmes, la disparition de centaines de milliers d’espèces, et la pollution généralisée ont des impacts souvent irréversibles sur nos milieux de vie.

Pourtant, ce constat ne se traduit pas dans les politiques des États, ni dans le comportement des acteurs économiques. Face à cette dissonance cognitive aux conséquences dramatiques, il me semble, à titre personnel, qu’écrire pour alerter ne suffit pas, et que dans la tradition du mouvement des droits civiques, des mobilisations contre l’apartheid ou encore contre les ravages occasionnés par les marées noires, la désobéissance civile est nécessaire.

L’histoire est longue de l’engagement des journalistes dans les combats de leur époque : pour l’abolition de l’esclavage (Ida B. Wells), pour l’égalité entre les hommes et les femmes, pour l’accès aux soins des malades du Sida. Le combat contre le changement climatique est une cause aussi importante et vitale pour l’humanité. C’est dans cet héritage politique et intellectuel que je me situe, à ma modeste mesure, en ayant toujours à cœur de faire la part des choses entre d’un côté mes articles de journaliste, rigoureux et vérifiés, et de l’autre, mes engagements militants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine