Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

45 Billets

13 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2016

Pourquoi un salon des livres des lanceuses et lanceurs d’alertes

C’est un rendez-vous né d’un rapprochement a priori inattendu : des lanceurs d’alerte et des livres. Le week-end prochain, les 26 et 27 novembre, se tient sa deuxième édition, à la Maison des Métallos, à Paris.

Jade Lindgaard
Journaliste à Mediapart

C’est un rendez-vous né d’un rapprochement a priori inattendu : des lanceurs d’alerte et des livres. Le week-end prochain, les 26 et 27 novembre, se tient sa deuxième édition, à la Maison des Métallos, à Paris – la première avait eu lieu l’année dernière les 14 et 15 novembre, au lendemain des attaques du Bataclan et du Stade de France. Cet événement appelle l’attention pour plusieurs raisons. Il s’organise avec très peu d’argent : les organisateurs ne sont pas payés, les participants se paient leurs moyens de transport, les salles sont mises à disposition gracieusement. Ils agissent par conviction et par envie que se tiennent ces rencontres. Les auteurs auront l’occasion d’y présenter leurs livres, c’est en soi une motivation forte.

Mais il s’y joue aussi autre chose : l’importance du livre dans le lancement d’alertes pour dénoncer des scandales, qu’ils soient sanitaires, financiers, sociaux, écologiques. Pour Daniel Ibanez, très engagé dans la dénonciation du projet de tunnel ferroviaire Lyon Turin, et initiateur du salon avec un ami libraire à Argenteuil, « le livre est au cœur de la fonction d’alerte. C’est un outil de qualification de l’alerte et de son auteur. L’objet de ce salon c’est de faire comprendre que la vraie alerte, c’est la liberté d’informer et de s’informer. Lancer l’alerte, c’est donc exercer son droit de citoyen ».
Parmi les participant.es, notons en particulier : Irène Frachon, la pneumologue qui a révélé le scandale du Mediator ; Stéphanie Gibaud, qui a décrit l’ampleur de l’évasion fiscale pratiquée par la banque UBS ; Nicolas Vescovacci, journaliste auteur d’une enquête sur le Crédit Mutuel censuré sur Canal plus et Céline Martinelli, ex-assistante gestionnaire chez la Banque Pasche Monaco, qui témoigne dans ce documentaire ; Antoine Deltour, à l’origine de l’affaire des LuxLeaks, Laurence Pfeiffer, inspectrice du travail condamnée pour violation du secret professionnel après avoir contrôlé la société Tefal ; Françoise Verchère, co-présidente du comité des élus qui doutent de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ; Thierry Salomon, expert en transition énergétique au sein de Negawatt… De nombreuses conférences et rencontres sont programmées.
Deux journalistes de Mediapart y interviendront (Fabrice Arfi participe à une rencontre sur la protection des lanceurs d’alerte dimanche à 17h), et j’aurai le plaisir d’échanger avec Françoise Verchère samedi à 18h30). Au delà de notre présence personnelle, nombreux sont les liens entre les problématiques qui y seront abordées et les sujets que traite Mediapart. Ce sera donc l’occasion de prolonger de vive voix et en personne les discussions menées sur notre site.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr