Réforme européenne du droit d’auteur : la fin de la liberté sur internet ?

Ce mardi 26 mars 2019, un vote important a lieu : il s’agit du vote final visant à l’adoption ou non de la réforme européenne du droit d’auteur ! Cette réforme qui fait parler d’elle depuis de longs mois avait été refusée en juin 2016 par le parlement européen. Aujourd’hui, elle risque d’être adoptée, et ce n’est pas une bonne nouvelle, au contraire.

Réforme européenne : une réforme qui fait parler d’elle, et pas dans le bon sens !

La réforme du droit d’auteur fait malheureusement parler d’elle depuis qu’elle a été proposée et fâche la majorité des internautes, surtout ceux proposant du contenu, comme les blogueurs ou les Youtubeurs.  

 

En effet, l’article 17, anciennement article 13, qui est là pour protéger les droits d’auteur plus efficacement, ce qui est une intention tout à fait louable, d’accord. Néanmoins, il aura aussi une grande influence sur la liberté des internautes, puisque cet article vise à réguler de manière extrême l’utilisation, même courte ou restreinte, de bandes-son, d’images et d’extraits de film, mais aussi de citations ou d’extraits d’articles dans des publications, des vidéos ou des publications.

 

Bien qu’il soit prévu que les memes et des morceaux de publications et mentions de quelques mots seulement soient autorisés, il faut tout de même savoir que le filtrage sera fait sur base d’algorithmes stricts et opaques, qui ne laisseront peut-être pas passer du contenu « copyright » comme convenu.

 

Pour beaucoup, ce n’est que de la censure pure et dure

Les internautes ont peur que leur liberté d’expression soit atteinte, et que leurs contenus favoris disparaissent si la loi est adoptée. Certains YouTubers se sont même révoltés et ont dénoncé l’article 17 comme de la censure pure et dure… Et ils ont peut-être bien raison !

 

Si cet article 17 est adopté en l’état, et que les algorithmes de restrictions, si opaques et fermés, sont effectivement utilisés pour « protéger les droits d’auteurs », il est certain que beaucoup de rédacteurs de blog, de YouTubers, mais aussi toutes les personnes utilisant twitter, Facebook ainsi que les autres réseaux sociaux en pâtiront et risque d’être censurées à la moindre citation ou image venant d’un film ou d’une série, et pourront même voir leurs comptes suspendus dans certains cas.

 

S’il est adopté en l’état, et nous le saurons bien assez tôt, l’internet que nous connaissons aujourd’hui risque de disparaitre, et la censure fera une entrée fracassante sur le web.  

 

Save the internet, la plateforme qui lutte pour un internet libre

Save the internet est une plateforme française qui tente, à l’aide des internautes, de faire la différence et de faire valoir leurs droits pour un internet libre, sans ce fameux article 17, ou du moins pas en l’état.

 

Pour ce faire, il propose une pétition contre cet article, mais aussi d’envoyer des emails aux eurodéputés français afin de les contacter pour les convaincre que, non, cette réforme n’est pas bonne et est une atteinte à la liberté d’expression.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.