jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2020

Pourquoi il faut interdire la promenade au supermarché

Oui, il faut interdire la promenade au supermarché. Voici pourquoi...

jamesinparis
"Où l'esprit ne déracine plus mais replante et soigne, je nais. Où commence l'enfance du peuple, j'aime." René Char
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme beaucoup de gens, je n’ai jamais fait des achats de supermarché en ligne, c’est en quelque sorte étranger à mon univers numérique. Peut-être est-ce que je n’ai pas de voiture, et cuisine parisienne oblige, je n’ai pas de la place pour un congélateur : j’ai donc l’habitude d’acheter souvent et frais, dans un supermarché de proximité.

Depuis une dizaine de jours, je m’impose un confinement que le gouvernement a validé il y a 8 jours en l’imposant à nous tous.

Or, tous les 4 ou 5 jours je sors de mon hibernation pour acheter des produits courants dits de première nécessité. Cela n’exclut ni le chocolat ni le vin : il faut quand même avoir le sentiment de vivre un peu.

Seulement, chaque 4 ou 5 jours je me trouve à jouer à Coronavirus Roulette. Je prends sur moi, et je partage l’espace du supermarché avec environ une petite centaine de personnes, et tant bien que mal nous naviguons comme on peut, occupés à choisir tel shampooing et tel yaourt, tel papier toilette et telle farine de blé.

Après 5 jours d’enfermement, c’est un moment de grande angoisse. La personne devant les légumes frais, a-t-elle le virus ? la dame devant les pâtes fraiches est-elle infectée ? En me regardant, de travers ou pas, elle se pose la même question. On ne sait pas.

On ne sait pas si on va expérimenter une insuffisance respiratoire aigüe, ou la mort, par le simple fait d’avoir partage un espace confiné avec quelqu’un qui cherche des œufs, des champignons ou une bouteille de vin.

A vrai dire, il ne m’est même pas venu à l’esprit de faire mes achats en ligne, même devant mon angoisse.

Et de ce constat m’est venu une proposition.

Pourquoi est-il possible encore aujourd’hui de partager un espace avec une centaine d’inconnus, sans compter les gens qui y travaillent ? Je n’ai pas le droit d’aller visiter ma fille, mais j’ai le droit de choper le Conoravirus d’un parfait inconnu, ou d’infecter des parfaits inconnus, au supermarché du coin.

Voici ma proposition :

Pourquoi ne pas interdire de se promener au supermarché ?

Pour ceux qui comme moi n’ont pas l’habitude d’acheter en ligne, ben on prendra l’habitude.

Et pour ceux qui arrivent devant le supermarché, sans avoir commandé en ligne, c’est simple : on interdit l’entrée, mais on propose 5 ou 6 différents ensembles de produits sur le champ et pré-packagé, couvrant les nécessités, les légumes, les pâtes, les viandes et poissons pour qui en mange, des produits de nettoyage et de toilette, etc. On peu même proposer d’y inclure quelques gâteries. Car oui, il faut aussi vivre par temps de pandémie.

Voilà ma proposition simple : qu’il soit interdit de se promener au supermarché. Cela nous évite tous de mourir pour un kilo de pâtes, et cela épargne aussi les caissières, obligées de mettre leur vie en jeu chaque jour pour accueillir des clients, infectés ou pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement