Romain DEBOISSY
Doctorant en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2008

Crise de pouvoir d’achat au liban : 58% d’augmentation des prix entre 1996 et 2007

Romain DEBOISSY
Doctorant en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les crises politiques successives qui secouent le pays de cèdres ont longtemps occultés les questions économiques et les multiples failles du système financier libanais basé sur une sorte de « désordre libéral ». Pourtant, la crise économique est bien là, et de plus en plus sentie par une population qui s’appauvrie jour après jour. La crise financière mondiale est certes un facteur d’explication, mais pas le seul. Le système économique libanais, avec sa dette publique colossale, explique ce problème, qui risque, en l’absence d’une réponse adéquate, de déstabiliser la fragile paix sociale libanaise.La société libanaise de statistique et de conseil a évalué, dans un rapport publié par le quotidien libanais Annahar, à 58 % la hausse globale des prix entre 1996 et 2007. Cet indice analyse l’évolution des prix en divisant la décennie étudiée en quatre périodes :Première période : entre 1996 et 1998La hausse des prix a atteint 13% en deux ans. Une hausse qui serait expliquée par plusieurs facteurs économiques interdépendants : des taux d’intérêts élevés et des dépenses considérables dans le secteur de construction qui ont provoqué une augmentation de la demande des matières premières. Par ailleurs, on ne peut pas oublier, dans cette analyse, les conséquences de la politique économique libérale pratiquée par les gouvernements depuis 1993.Deuxième période : entre 1998 et 2006Cette période a été caractérisée par une stabilité relative des prix avec une hausse de 1.6%. Cette stabilité est due à deux facteurs : un interne qui est le résultat de la baisse des taux d’intérêts et la faiblesse de la croissance, et un autre externe relatif à la faiblesse de l’inflation au niveau mondial et la bonne santé économique des pays de la zone euro, principaux fournisseurs de l’état libanais.Troisième période : de juillet 2006 à mai 2007Les effets de la guerre de juillet 2006 sur l’économie libanaise étaient considérables. Une hausse des prix de 4.5% a été observée, principalement en raison de la destruction d’une grande partie des infrastructures de la région du sud. De plus, les raids israéliens sur la banlieue sud de la capitale ont provoqué le déplacement de la population et la mise à plat du tissu économique de cette région, dont les conséquences ont été dévastatrices sur les prix des produits de consommation courante.Quatrième période : à partir de juillet 2007Cette période a été marquée par une hausse exponentielle des prix. Le rapport publié par le quotidien Annahar a observé 6% de hausse entre juillet et décembre 2007 et 11 % pour le seul mois de mars 2008. Le plus inquiétant dans ses chiffres, c’est l’augmentation cumulée annuelle qui dépasse les 16%, un chiffre jamais atteint dans l’histoire économique contemporaine du pays.Pire encore, la hausse des prix des produits alimentaires (principal produits de consommation des ménages modestes) a dépassé les 19% entre mars 2007 et mars 2008. Une fois de plus, l’économie libanaise montre que son système de « désordre libéral », ne peut être expliqué par aucune théorie économique, même les plus libérales. Les structures économiques du pays sont certes libérales, mais sans aucune procédure de régulation ou de contrôle, comme c’est le cas dans la plupart des pays qui ont adopté l’économie de marché. De plus, la crise politique qui risque de se prolonger, empêche de poser les bases d’une solution, à savoir une refonte globale du système économique avec une réelle ouverture qui permet de jouer la concurrence et par conséquent, baisser les prix.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP