Romain DEBOISSY
Doctorant en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2008

Crise financière et inflation du cours de matières premières : quels incidents sur l’économie dirigiste syrienne ?

Romain DEBOISSY
Doctorant en relations internationales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’économie dirigiste syrienne a toujours été perçue par le pouvoir comme une forme d’expression politique. Depuis la fin de la guerre froide, elle a pris la forme d’une économie socialiste de marché. En d’autres termes, elle est devenue une économie socialiste acceptant les règles du marché tout en garantissant l’emprise du pouvoir sur les secteurs clés. Les 40 années d’économie protégée ont permis au pays de se préserver face aux grandes crises qui ont secoué la finance internationale. De plus, la loi 10 de 1991, relative à l’ouverture économique du pays à permis une relative entrée des investissements directs étrangers attirés par les ressources pétrolières du pays qui assurent 40% des recettes budgétaires. Malgré une situation économique et financière stable, le risque pays est élevé à court et moyen terme en raison des problèmes régionaux et l’isolement international de la Syrie, à travers, notamment, les sanctions américaines, relatives au Syria Accountability Act qui fait pression sur les entreprises, notamment américaines, les empêchant d’investir en Syrie. Paradoxalement, cet état de fait profite aux européens pour occuper le terrain économique du pays.

Malgré ce schéma relativement favorable de l’économie syrienne, la crise financière mondiale a eu un impact important sur la situation économique du pays, notamment l’inflation qui a atteint 10% en 2006 et 14% en 2007. Cela a provoqué une montée des prix jamais connue dans le pays, qui affectent directement la consommation des ménages modestes, dont l’alimentation correspond à 42% de leur budget de consommation. Cette crise a été aggravée par la politique semi-libérale du gouvernement qui essaye d’ouvrir le marché et applique une relative liberté de fixation des prix. Mais le problème majeur de l’économie syrienne reste la grille des salaires qui ne suis pas cette évolution, le salaire moyen oscille entre 125 et 170 dollars par mois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
par Fred Sochard