JASMINE DESCLAUX-SALACHAS

Cartographe, Doctorante - Fondatrice des Cafés-cartographiques (1999). École Doctorale de Géographie de Paris - Université Denis Diderot-Paris 7 / UMR Géographie-Cités. les Cafés-cartographiques.

Paris - France

Sa biographie
LA CARTOGRAPHIE, une discipline à part entière qui ne peut se confondre dans aucune autre, ni dans la géographie, ni dans l’histoire, mais qui ne se passe de personne. Les Cafés-carto donnent la parole aux auteurs de toutes les disciplines, le fil conducteur restant la carte. La cartographie recouvre un ensemble de techniques ayant pour but de présenter sur des formats précis comment, au fil du temps, nous habitons (ensemble) nos territoires et nos sociétés, dans toutes les projections possibles, quelle que soit l’échelle de nos approches. Ces techniques changent en continu selon l’avancée des sciences et nos niveaux de créativité, selon ce qu’il faut dire, à qui il faut le dire et comment pour rester juste et être compris. À l’heure du numérique, il faut aussi l’expliquer. Mon métier est ma réponse à nos curiosités communes. Et en quelques lignes, parce qu’on me le demande souvent... POURQUOI CARTOGRAPHE ? Lorsque j’étais à l’école élémentaire, j’ai compris que dessiner des cartes c’est décomposer l’information pour la réorganiser par couches prioritaires. Je jouais avec les couleurs et la force des tracés pour mettre en avant ce qu’il fallait que je retienne. J’ai compris que dessiner c’est mémoriser et que mémoriser c’est apprendre… c'est comprendre et être capable d’expliquer. Je refaisais les cartes de mes livres de géographie que je détestais. J’en ai encore la nausée quand j’y pense ! Ces résumés en gras qu’il fallait apprendre par cœur, mais dont chaque mot restait détaché de son contexte, d’une réalité absente, et qu’il m’était impossible de retenir. Et ces toutes petites cartes chargées d’informations illisibles… Alors j’ai dessiné pour comprendre ce que je devais apprendre. J’ai compris ce que voulait dire ‘Cartographier‘ et être ‘Cartographe‘ à 11 ans. J’ai compris comment la carte est un document de transmission des connaissances, comment pour la construire il faut travailler avec les spécialistes d’une question et d’une discipline, selon ce que la carte doit dire. Et çà ne m’a pas quittée. En Terminale j’ai suivi les cours de préparation au Concours d’entrée à l’École Nationale des Sciences Géographiques, j’ai été sélectionnée pour le concours. Je ne m’y suis présentée que l’année suivante et mon aventure cartographique s’est prolongée auprès des professeurs de L’Institut Géographique National. Interprétation d’images, collecte de données, de leurs mesures et apprendre à les reporter avec exactitude, avec des outils adaptés… dessin, gravure, photogravure, transition d’une époque à une autre jusqu’aux outils numériques qui ne cessent pas d‘évoluer. L’une de nos qualités principales, si ce n’est la première, devant être de savoir adapter nos méthodes de production aux outils les plus rationnels du moment pour obtenir le résultat recherché. En cartographie, rien ne s’improvise et tout se transforme. —Extrait: [L’INVITÉE] « Battir » la paix ! Interview #https://neocarto.hypotheses.org/2933 / Blog SerialMapper par NICOLAS LAMBERT · Publication 06/03/2017 · mis à jour 07/03/2017

Ses favoris