Un ami mélenchoniste sincère de la première heure en est tombé de l’armoire. Moi-même, j’ai cru à une mauvaise blague, un fake comme dirait Donald Trump. Et puis vérification faite, il semble bien qu’un comité Théodule de citoyens de base ait procédé à la désignation de son candidat aux prochaines élections législatives avec l’étiquette France insoumise. Cette France insoumise de Jean-Luc Mélenchon dont le sérieux et la sincérité ne sauraient être mis en cause mais dont le jugement, concernant les futurs candidats se réclamant de lui, me semble particulièrement altéré.

 

Parlons clair : Bernard Frau sera le candidat de la France insoumise dans le circonscription de Louviers (1) au mois de juin prochain. Chers lecteurs de ce blog, vous avez bien lu. J’évoque le cas de Bernard Frau, dont il faut conter les mille méandres politiciens de cet opportuniste. Il suffit de lire le pedigree de cet homme multicartes pour s’interroger et se poser cette question : comment Jean-Luc Mélenchon peut-il accepter d’accoler le nom de son mouvement et ses objectifs à un candidat aux convictions si élastiques ?

 

Bernard Frau a débuté sa carrière politique au sein de génération-Ecologie, le mouvement antédiluvien de Brice Lalonde dont tout le monde a oublié le nom. Avec cette étiquette, il est devenu maire d’une ville moyenne de Seine-Maritime. Il a enchaîné en devenant fabiusien donc socialiste. Mécontent du PS pour des raisons diverses liées à des candidatures refusées, Bernard Frau est allée faire un petit tour Chez Pasqua-De Villiers avant de rejoindre le Modem dont il a été le candidat aux législatives de 2007. Je n’en suis pas tout à fait certain mais je ne serais pas étonné d’apprendre que Bernard Frau a tenté d’écrire une nouvelle page de son roman national auprès du PRG de l’Eure. Même si ce parti ne compte que quelques membres, il ne s’est pas encombré de ce fardeau, trop lourd à porter.

 

En bisbilles avec François Bayrou, donc, Frau a quitté le MODEM et poursuivi son tour de la mappemonde politique en rejoignant une improbable coalition écologique où il connut, comme à son habitude, un échec cuisant lors des dernières élections régionales de 2012. Le connaissant, j’imaginais qu’il tenterait le coup auprès d’Emmanuel Macron et son mouvement « en Marche » mais la place était déjà occupée, Franck Martin ayant tiré le premier et distancé son « ami » de Pinterville. Que restait-il comme mouvement ou parti encore disponible lors des prochaines échéances ? Je vous le donne en mille : la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Bernard Frau déguisé en petit mutin, que voilà un candidat caméléon !

 

Comment JLM en est-il arrivé là ? Si je comprends bien le fonctionnement de son mouvement, des comités composés de citoyens recrutés sur la base du volontariat ont étudié les candidatures des volontaires aux législatives de juin et désigné le meilleur de leur représentant ou le plus verbeux ou le plus expérimenté en campagnes politiciennes. Il va sans dire que dans ce domaine Bernard Frau est imbattable. Mais quid de ses convictions profondes ? J’avais cru comprendre que Jean-Luc Mélenchon et son entourage plaçaient haut les valeurs de la gauche sociale, écologique et solidaire. Si telle est vraiment la volonté de la France insoumise, Bernard Frau ne répond pas aux exigences de ce mouvement ni à ses aspirations.

 

Jean-Luc Mélenchon ne lira sans doute pas ce billet de blog. Ce sera dommage mais quand même. Que penser des outils de sélection d’un mouvement qui dit avoir changé de logiciel, refusé les caciques et les chevaux de retour ? Quand n’importe quel Bernard Frau peut devenir le candidat d’une gauche radicale forcément morale, c’est que quelque chose cloche quelque part.

 

(1) Il s’agit de la 4e circonscription de l’Eure dont le député actuel est François Loncle (PS)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.