jean amy
Enseignement supérieur
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2022

jean amy
Enseignement supérieur
Abonné·e de Mediapart

POURQUOI L’ABSTENTION EST LA SEULE RÉPONSE POSSIBLE

L’équilibre précaire qui prévalait jusqu’à hier dans la Une du club entre les différentes opinions des abonnés à volé en éclats. Tous les billets qui n’appellent pas à « faire barrage » sont maintenant invisibilisés. Médiapart nous rejoue donc le scénario de 2017. Mais peu m’importent les moralistes et autres résistants de la onzième heure, je m’abstiendrai. Voici pourquoi :

jean amy
Enseignement supérieur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Je passe rapidement sur la « rediabolisation » de le pen (désolé, pas de majuscule pour l’extrême-droite), l’argument ne porte plus qu’auprès des déjà convaincus (en clair les macronistes et assimilés). La le pen est indiscutablement fasciste mais son adversaire l’est-il moins ? Rappelons que sa police jouit d’une quasi-impunité, ce qui est bien normal dans la mesure où c’est grâce à elle que macron (désolé, pas de majuscule non plus) a pu tenir cinq ans. Les faveurs qu’il lui fait (maintien de la retraite à 55 ans, non obligation vaccinale, billet de train gratuits, etc.) en serait encore une preuve de plus s’il en était besoin. Que pourrait faire de plus le pen ? Leur offrir la légitime défense à priori ? A moins de tomber sur un juge particulièrement coriace (il n’en existe guère), ils l’ont déjà.

     Alors quoi d’autre ? Sur l’économie, le néo-libéralisme assumé de macron est-il moins de droite que celui de son adversaire ? Mêmes propositions sur la suppression des droits de succession, même prodigalité dans les promesses que ni l’un ni l’autre ne tiendront sur l’amélioration du niveau de vie (hormis sur celui des plus riches, bien sûr). Le pen veut privatiser le service public ? Macron va, comme elle, supprimer la redevance, prélude à la même privatisation. Bref, on attend toujours la première différence sérieuse entre les deux candidats.

     Ah, si, les étrangers me souffle-t-on avec insistance. Mais là encore, macron ne fait-il pas tout bas ce que le pen dit tout haut ? Qui écoute le moindre reportage sur le harcèlement dont sont victimes à Calais, non seulement les réfugiés (oui je sais, on doit dire migrants dans la start up nation, mais je réserve ce terme aux ukrainiens pour rétablir un semblant d’équilibre…) mais aussi ceux qui tentent de leur venir en aide en leur donnant boisson ou nourriture, constatera que feu notre démocratie ressemble fort à celle qui sévit en Pologne quand des syriens frappent à sa porte ! Et que dire quand un ministre de l’intérieur manifeste avec un syndicat policier d’extrême-droite devant l’Assemblée Nationale et nous annonce sans se faire virer dans l’heure qu’il trouve le pen «un peu molle» ?

     En résumé, les donneurs de leçon qui sévissent dans ce journal feraient bien de nous dire clairement pour qui ils roulent plutôt que de se complaire dans cette hypocrisie bien-pensante de dame patronnesse. Pour ma part, j’attends toujours le premier qui me donnera un argument moral qui tienne debout pour me décider à aller voter. D’autant que celui-là devra d’abord me prouver qu’il a fait tout ce qu’il pouvait pour nous éviter ce second tour « brun-bonnet et bonnet-brun » au lieu de savonner pendant des années la planche à Mélenchon et de venir nous dire, en se tordant la bouche en cul de poule et à la veille du premier tour, que tout bien considéré, il préférerait que ce ne soit pas le pen qui soit au deuxième. En ajoutant, toute honte bue, qu’il avait fait de même il y a cinq ans (on en vient à se demander si macron lui-même aurait osé. Mais en fait, oui !).

     Toujours pas la moindre raison morale de voter macron (le pen non plus bien évidemment). Ne reste à examiner que la question politico-stratégique : blanc, abstention, ou macron en se bouchant le nez ? Voter macron, c’est donner son accord à son programme, il l’a annoncé. Il a transformé l’élection en référendum pour ou contre la démocratie (LOL), pour ou contre l’Europe (re-LOL), pour ou contre l’écologie (arrêtez, j’ai mal aux côtes !). On n’est pas plus clair. Donc les castors vont se transformer par magie en soutiens macronistes. Bon courage !!!

     Restent le vote blanc ou l’abstention. Le vote blanc (et plus encore le vote nul qui est considéré en général comme le vote de ceux qui se sont trompé dans l’isoloir, même quand c’est intentionnel) a un gros défaut. Il n’est pas comptabilisé dans le résultat. Donc à moins d’un score tellement énorme qu’il écraserait tout ce qu’on a déjà vu, il ne fera pas plus d’une ligne dans les médias. En 2017 où il avait été particulièrement important (plus de 8%), il avait à peine fait l’objet d’une remarque au moment où l’on donnait le seul chiffre que retiennent les médias, celui le l’abstention.

     J’entends déjà, les « l’abstention c’est voter le pen ». Pourquoi le pen plutôt que macron d’ailleurs ? Mais l’abstention, c’est d’abord refuser ce second tour mascarade où tout a été fait (campagne médiatique nauséabonde où tout débat aura été interdit, magouilles politicardes de dirigeants véreux qui se sont empressé d’appeler à « faire barrage » une fois leur forfait accompli, et même instituts de sondage qui sous estiment un candidat de près de deux fois la sacro-sainte marge d’erreur!!!) pour que le pen soit au second tour conformément à la volonté affichée de macron. Cette abstention qui fut de 25 % en 2017 (mais 35 % si l’on ajoute les blancs et nuls) est le meilleur (et le seul) moyen de retirer sa légitimité au vainqueur du second tour, quel qu’il soit. Si en 2017, bien peu avaient fait le calcul et fait remarquer que macron, tout auréolé de ses 66 %, n’avait en réalité réuni que 45 % des inscrits, il n’en irait pas de même avec la même participation mais un score de 50 % qui ramènerait le pourcentage à 35 % des inscrits. Pourcentage qui sera encore inférieur si l’abstention est supérieure à celle de 2017. Dans ce cas personne ne pourrait faire l’impasse sur ce chiffre. Et plus encore si c’était le pen l’élue (car si elle l’est, ce sera forcément avec une grosse abstention), les médias se précipiteraient pour nous faire le calcul ! (Allez, sauf CNews).

     Et avec un(e) président(e) aussi mal élu(e), il est clair que les législatives reprendraient tout leur intérêt aux yeux des électeurs et que leur résultat serait très loin d’être écrit. On peut même pronostiquer sans grand risque qu’il y aurait bien peu de chances qu’en sorte une majorité qui rende le pays gouvernable. Exit donc le (la) président(e) et place à un premier ministre de cohabitation. Tandis qu’un « barrage » qui donnerait à macron le résultat de 2017 nous vaudrait à coup sûr la même assemblée de godillots. Ça tente quelqu’un ? L’abstention est donc bien la seule réponse efficace au hold-up démocratique que nous sommes en train de subir.

Pour conclure, quelques liens de très bons billets ou commentaires :

https://blogs.mediapart.fr/max-angel/blog/150422/le-piege-mes-cons

https://blogs.mediapart.fr/rocafortis/blog/030517/defense-du-vote-insoumis (celui ci, écrit en 2017 n'a pas pris une ride !!!)

https://www.mediapart.fr/journal/france/160422/marseille-emmanuel-macron-fait-des-appels-du-pied-aux-melenchonistes/commentaires#comment-11228443

https://blogs.mediapart.fr/edition/lhebdo-du-club/article/140422/hebdo-122-post-premier-tour-et-maintenant-qu-est-ce-qu-fait

Pour ce dernier, on y trouve les liens directs pour d'autres billets fort bien argumentés dans la première partie

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart