Le petit nuage blanc

Bonne et heureuse année 2019. QUe cette année se caractérise par une prise de conscience planétaire des enjeux socio, economico, ecologiques du moment et qu'ensemble nous les traitions.

Le petit Nuage Blanc 

C’est l’histoire d’un nuage, qui parcourait le monde,

Collectant sans relâche, dans sa course vagabonde,

Une multitude d’images, de la vie qui abonde,

Sous des formes qui s’étalent, du plus beau à l’immonde,

Partout à la surface, de notre belle planète ronde.

 

Au cours de son voyage, il aurait  bien aimé,

Garder en apparence, son blanc immaculé.

Mais l’homme déraisonnable, ne cesse de polluer,

Cet air porteur de vie, de plus en plus vicié,

Qui couvre son blanc manteau, d’un voile terne et grisé.

 

Dans sa course il s’étonne, de n’être plus admiré,

Par ces hommes et ces femmes, qui vivent la tête penchée,

Sur un petit boitier, qui sait les rapprocher,

De ceux qui sont très loin, leur faisant oublier,

L’être en désir d’amour, qui est tout à côté.

 

Lui le petit nuage, ne sait pas expliquer,

Pourquoi ceux qui fabriquent, les machines à tuer,

Célèbrent tous leurs milliards, et jouent les offusqués,

Devant le regard vide, d’un enfant décharné,

Qui se meurt sur les ruines, de sa ville dévastée.

 

Il se sent souvent triste, et parfois affligé,

Devant ces tout-puissants, qui font sans hésiter,

De l’humain une variable, qu’il suffit d’ajuster,

Pour plaire aux actionnaires, qui eux feignent d’ignorer,

Que pour leur opulence, des familles sont brisées.

 

Quand par de gros avions, il se fait bousculer,

Il essaie de comprendre, pourquoi l’humanité,

Consomme de plus en plus, sans se préoccuper,

De ce qu’imposent ses actes, au reste du créé,

Conduisant la planète, vers une mort programmée.

 

Quand le vent qui le pousse, finit par s’apaiser,

Il aime se souvenir, des ilots de bonté,

Où l’humain manifeste, par solidarité,

Toutes les marques d’attention, fortement désirées,

Par ceux que le malheur, a brutalement frappés.

 

Il adore ces moments, où il peut observer,

De là-haut dans le ciel, toutes ces belles qualités,

Qu’expriment quelques humains, qui aimeraient créer,

Un monde où règneraient, justice et équité,

Et qui préserverait, la biodiversité.

 

Avant de disparaitre, en gouttes d’une pluie féconde,

Il lance comme une prière, à la face du monde,

Ses vœux pour une planète, où l’amour qui abonde,

Effacerait à jamais, la violence et l’immonde,

Pour que chacun puisse vivre, rempli d’une joie profonde.

                                                

                                                                                               Jeban-Antoine

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.