Comme tout autre citoyen de la République, un chercheur du CNRS jouit des mêmes libertés d'opinions qu'il a le droit, comme je le fais maintenant, de communiquer, faire savoir ou publier. Mais un chercheur CNRS est aussi un fonctionnaire et un membre de cet organisme de recherche. Quand il rend publique son opinion, il n'a pas le droit, selon moi, d'impliquer le CNRS en apposant son titre après sa signature. Autant il est légitime qu'il le fasse lorsqu'il s'exprime en tant qu'expert, autant c'est injustifié lorsqu'il se manifeste en tant que citoyen.

 

Le devoir de réserve s'impose à tout membre de la fonction publique. Quelles que soient leurs qualités intellectuelles indéniables, les chercheurs du CNRS ne sont pas au dessus des lois.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.