mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart ven. 12 févr. 2016 12/2/2016 Édition du matin

G Schroeder et le mythe du contre modele allemand

G Schroeder  et Le mythe du contre modèle allemand   Contre modèle car le gouvernement du camarade des patrons. Schröder a mis en place une politique de régression économique et sociale jamais vue depuis l’après guerre.   On ne soulignera jamais assez tout le mal que les années Schroeder ont causé aux salariés allemands et par contre coup européens. Pire encore Schroeder le camarade des patrons, reconverti dans les affaires avocat et président de Gazprom, restera comme le chancelier des inégalités et du retour des salariés pauvres. Avec les sinistres jobs à un euro. Résultat l’Allemagne compte plus de 16% de la population en dessous du seuil de pauvreté un enfant sur 4 est un enfant pauvre. Ce camarade dévoué au patronat néo libéral aura affaibli durablement le  système bancaire allemand, en favorisant la rupture des liens entre banque et industrie. il n’y a plus aujourd’hui qu’une seule banque allemande dans le peloton de tête des banques européennes et une banque malade soutenue par l’état Commerzbank.   Ce chancelier restera comme celui qui aura ouvert la voie à la crise de l’euro et de l’Europe par son aveuglement néolibéral : dumping social, dumping fiscal. Oskar Lafontaine fut le seul à lui tenir tête à claquer la porte d’un gouvernement indigne de la sociale démocratie. Cela lui a permis de fonder die Linke, qui profite de l’affaiblissement sans précédent du SPD.   Merci Schroeder et  continuez à profiter des avantages que vous a octroyé le patronat pour services rendus. Jean Bachelerie G Schroeder  et Le mythe du contre modèle allemand   Contre modèle car le gouvernement du camarade des patrons. Schröder a mis en place une politique de régression économique et sociale jamais vue depuis l’après guerre.   On ne soulignera jamais assez tout le mal que les années Schroeder ont causé aux salariés allemands et par contre coup européens. Pire encore Schroeder le camarade des patrons, reconverti dans les affaires avocat et président de Gazprom, restera comme le chancelier des inégalités et du retour des salariés pauvres. Avec les sinistres jobs à un euro. Résultat l’Allemagne compte plus de 16% de la population en dessous du seuil de pauvreté un enfant sur 4 est un enfant pauvre. Ce camarade dévoué au patronat néo libéral aura affaibli durablement le  système bancaire allemand, en favorisant la rupture des liens entre banque et industrie. il n’y a plus aujourd’hui qu’une seule banque allemande dans le peloton de tête des banques européennes et une banque malade soutenue par l’état Commerzbank.   Ce chancelier restera comme celui qui aura ouvert la voie à la crise de l’euro et de l’Europe par son aveuglement néolibéral : dumping social, dumping fiscal. Oskar Lafontaine fut le seul à lui tenir tête à claquer la porte d’un gouvernement indigne de la sociale démocratie. Cela lui a permis de fonder die Linke, qui profite de l’affaiblissement sans précédent du SPD.   Merci Schroeder et  continuez à profiter des avantages que vous a octroyé le patronat pour services rendus. Jean Bachelerie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Par contre votre billet a besoin d'être relu. Il est doublé par un bug de mise-en-page.