JANUS

Janus est le dieu romain des commencements et des fins, des choix, du passage et des portes. Il est bifrons (« à deux têtes ») et représenté avec une face tournée vers le passé, l'autre sur l'avenir. Il est fêté le 1er janvier. Son mois, Januarius (« janvier »), marque le commencement de la fin de l'année dans le calendrier romain. .

En référence au monde Romain Emmanuel Macron s'est sans doute trompé de dieu comme l'a indiqué fort justement Régis Debré dans un entretien. Janus plutôt que Jupiter ce "Dieu le père" des choix, à double face, ouvre t il son temple sur un temps de guerre?( fermé en temps de paix)

Pas de en même temps donc mais plutôt dans la clôture d'un monde "ancien" implicitement forcément obsolète et l'ouverture sur un monde "nouveau" donc forcément bien .

Le problème d'un dieu à double face c'est que l'on ne sait pas forcément à qui l'on à faire et que sa puissance se déploie sans contrôle "Jupiter ne peut entrer ni sortir sans moi : c'est pour cela qu'on m'appelle Janus".

Janus/Macron ouvre son temple sur la  guerre au construit social et au service public de ces dernières décennies. Qu'importe les dégâts pourvu qu'on ait l'ivresse du pouvoir.

Janus/ Macron peut commencer à dire la main sur le coeur comme son homologue Justin Trudeau* que le sort des plus démunis le touche profondément et finir par abandonner à leur sort migrants, chômeurs et autres précaires que la logique libérale jette à la rue.

*( premier ministre du Canada qui avait jurer vouloir protéger les droits des amérindiens préserver l'environnement et qui a ouvert grande les portes de l'exploitation de sables bitumeux car on ne saurait se priver de cette manne et passer outre les droits des amérindiens).

Même hypocrisies, même discours habiles, mêmes manipulations "les chômeurs ne sont plus des fainéants ils sont juste victime d'un système obsolète qui les assiste et les maintiens dans cet état".

Janus peut tromper il se justifiera toujours par le fait qu'il est le commencement et la fin de toutes choses et échappe ainsi à tout jugement.

  Les libéraux sont dans la même dynamique ne jamais regarder en arrière il faut toujours avancer (marche ou crève) seul les plus intelligents (rusés) les plus aptes peuvent avoir une place en ce monde et si vous êtes puissant économiquement politiquement il est légitime que vous exploitiez au maximum votre puissance. Pas de place pour les petits, créateurs ou travailleurs vous finirez par être exploités. De cette vison de l'homme et du monde de  cette culture digne d'une politique de chimpanzés ( principe du mâle dominant) il en découle forcément la logique suivante.

Cette pensée et cette organisation de la société ouvre la porte ( Janus est le maître des portes) à de nouvelles formes de fascismes et de dictatures propice à des violences accrues au seins des sociétés. 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.