NICE / Fête de la musique : il y a mieux ailleurs, mais c’est moins cher !

Le 20 juin dernier, il y a eu une « guerre » des fêtes de la musique, entre TF1 et France 2. Alors que la première proposait une émission musicale intitulée « La chanson de l’année fête la musique », en direct de Nîmes, la deuxième proposait « La fête de la musique, du soleil et des tubes », en direct de Nice…

Au final, malgré un budget supérieur (1 160 000 € HT), le spectacle niçois était moins réussi. D’ailleurs, France 2 n’a attiré que 2,5 millions de téléspectateurs contre 3,9 millions pour TF1 (soit 17 % de part de marché contre 25 % pour TF1).

Surtout, les contribuables niçois seront heureux d’apprendre qu’ils ont été beaucoup plus généreux que leurs homologues nîmois…

En effet, la ville de Nîmes avait juste mis gracieusement à la disposition de la société de production les Arènes et pris en charge des prestations pour un montant total de 1 500 € HT.

La ville de Nice, quant à elle, avait non seulement mis gracieusement à disposition le Quai des États-Unis, mais fourni des prestations en nature pour un montant total de 287 000 € HT et versé royalement la somme de 63 000 € à la société de production.

Bref, pour un résultat moins bon, la fête de la musique a coûté, aux Niçois, 348 500 € de plus qu'aux Nîmois !

C’était sans doute le prix à payer pour que le maire de Nice ait le droit de montrer sa trombine à la télé. La séquence a d’ailleurs été assez comique, à plus d’un titre. Tout d’abord, Patrick Sébastien a tenté de faire croire que Christian Estrosi – qui attendait pourtant sagement en coulisse son tour – était quelqu’un de pudique : « Je sais qu’il ne veut pas venir sur scène, mais moi j’ai envie qu’il vienne me faire un bisou ». On connait la suite : celui-qui-ne-voulait-pas-venir-sur-scène s’est fait copieusement hué par le public.

Tout ça pour ça ? Quelque chose me dit que la fête de la musique 2016 coûtera beaucoup moins cher aux Niçois...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.