Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

406 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Grand parc de la plaine du Var : contribution déposée !

La métropole de Nice Côte d'Azur a organisé une concertation publique sur le Grand parc de la plaine du Var. Dans ce cadre, le groupe écologiste a déposé une contribution.

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La métropole de Nice Côte d'Azur a organisé une concertation publique sur le Grand parc de la plaine du Var, du 3 novembre au 1er décembre 2021 inclus.

Dès 2008, le projet de créer un poumon vert à l'ouest de la ville de Nice, au cœur de la plaine du Var a émergé. Le projet proposé porte sur « un parc de 30 hectares aux multiples usages sur près de deux kilomètres »...

Dans ce cadre, le groupe écologiste a déposé la contribution suivante :

Cette belle plaquette de présentation, digne d'un architecte paysagiste, ne donne qu'une idée promotionnelle du projet mais se garde bien de rentrer dans les détails. Or, les modalités de la concertation sont censées permettre au public « d'accéder aux informations relatives au projet et aux avis requis par les dispositions législatives ou réglementaires applicables » (article L103-4 du code de l’urbanisme). Un tel projet, sur une telle surface (30 hectares), ne devrait donc pas être présenté succinctement sur seulement 5 visuels ! 

En page 1, la comparaison entre la photo « avant » et « après » est trompeuse puisque la première est en noir et blanc et cadrée en plan large tandis que la deuxième est en couleur et cadrée en plan rapproché. De même, en page 3, la photo centrale mélange les aménagements existants avec les aménagements futurs, sans les distinguer. 

La page 2 déclare que « ce nouvel aménagement réaffirmera la culture agricole historique comme élément fédérateur » sans donner des précisions ni sur la surface supplémentaire qui sera effectivement consacrée à la culture agricole, ni sur le degré d’autonomie alimentaire que ce projet permettra d’atteindre. On nous indique également que « ces nouveaux espaces verts augmentent considérablement la surface perméable du territoire » sans donner de chiffre précis. C’est pourquoi, nous aurions aimé avoir des informations sur la « désartificialisation » que ce projet permet.

De même, en page 4, on évoque « des espaces pédagogiques et ludiques » sans préciser leur nombre et leur superficie. La référence à un « volet expérimental » reste mystérieuse. 

La page 5 annonce que l’aménagement prévu « traduit l’ambition du plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm) vertueux en matière d’environnement ». Mais le projet de PLUm avait été sévèrement critiqué, le 3 avril 2019, par l’Autorité environnementale : « Du fait de plusieurs défauts ou erreurs majeurs, de nombreuses estimations des impacts ne sont pas exploitables. Même dans des cas d’impacts avérés, l’évaluation environnementale ne propose pas de mesure de réduction et, si nécessaire, de compensation. Par conséquent, l’absence d’effet significatif sur le site Natura 2000 de la basse vallée du Var, la diminution de la circulation automobile et de ses effets sanitaires ainsi que l’atteinte des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ne sont pas démontrées. » En quoi ce projet répond-il aux remarques de la Haute Autorité Environnementale ?

Toujours en page 5, la voie dite « des 40 mètres » - qui comprend une route et la voie du tramway - est curieusement comprise dans la trame verte ! 

Enfin, nous émettons des doutes, notamment au vu des projets déjà engagés : qu’en est-il de l’espace test agricole et de la construction prévue de la clinique sur l’emplacement actuel d’une terre fertile ? En effet, le 27 mai 2021, la municipalité a autorisé le principe de vente d’un terrain d’une superficie d’environ 23 139 m² au groupe privé Kantys. Ces deux projets et leurs conséquences auraient donc dû figurer dans la concertation.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau