Le groupe écologiste obtient le stationnement gratuit pour les aides à domicile

Lors du conseil municipal de Nice du 31 juillet 2020, Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue, au nom du groupe écologiste, pour demander la gratuité du stationnement pour les aides à domicile, ce que le maire vient d'accepter.

Il était demandé au conseil municipal de Nice du 31 juillet 2020 de modifier les tarifs du stationnement payant sur voirie et les conditions d'attribution des abonnements des professionnels de santé réalisant des soins au domicile des patients...

Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue au nom du groupe écologiste :

La gestion des automobiles en ville est un sujet délicat et cette délibération ne va pas plaire à tous les habitants du quartier. Il va falloir faire œuvre de pédagogie concernant le système du tarif résident...

Une question et une proposition :

1/ La question : où en est le projet de parking sous le Nice Lawn Tennis club qui devait permettre de libérer de la place dans la rue et de répondre aux besoins de la clinique Belvédère et du lycée du Parc Impérial ?

2/ Par ailleurs, et pour compléter la délibération, nous souhaiterions que l’on permette aux aides à domicile et personnels de maison (personnes qui ne sont pas listées dans la délibération) de bénéficier des avantages proposés aux personnels de santé ou autres professionnels mobiles dans le point 5 de la délibération.

Réponse :

Gaël Nofri a apporté cette réponse : « Le projet de parking au tennis, à ma connaissance, suit son cours et sera livré conformément à ce qui avait été délibéré. Pour faire une gratuité, on s'appuie sur une raison légale. On a été au plus loin de ce que la loi nous permet de faire. On a étendu la gratuité à l'ensemble des professions médicales au sens du code de la santé. On ne peut pas aller plus loin sans créer une inégalité entre les usagers. Il n'est pas dans nos possibilités de faire ça. »

Mais, dans l'édition du 10 août 2020 de Nice-Matin, Christian Estrosi dit le contraire : « Je veux cependant aller plus loin en proposant lors d'un prochain conseil municipal, que les prestataires de services d'aide et d'accompagnement à domicile agréés, qui contribuent à la preservation de l'autonomie aux côtés des professions médicales, puissent bénéficier de tarifs plus avantageux déjà appliqués aux professionnels de santé. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.