Primaire écologiste : je choisis Éric Piolle !

Éric Piolle propose deux mesures particulièrement intéressantes à mes yeux. Pour cette raison, je lui apporterai mon suffrage lors du premier tour de la primaire écologiste.

Les inscriptions pour participer à la primaire écologiste sont terminées depuis le 13 septembre ! Le vote pour le premier tour aura lieu du 16 au 19 septembre

Avec 122 675 inscrits (contre 17 146 pour la primaire écologiste de 2016), cette procédure est incontestablement un succès. Delphine Batho, Jean Marc Governatori, Yannick Jadot, Éric Piolle et Sandrine Rousseau ont notamment pu défendre leur candidature lors de trois débats télévisés, animés par des journalistes.

Je regrette néanmoins que les cinq candidats n’aient pas davantage développer leurs propositions pour moraliser la vie publique.

Ainsi, lors du deuxième débat sur la primaire écologiste, Ruth Elkrief posait une question fondamentale : « Comment allez-vous financer la transition écologique ? » En guise de réponse, aucun candidat n’a pensé proposer de renforcer la lutte contre la fraude fiscale et la corruption qui coûtent pourtant, chaque année, 200 milliards à la France (80 milliards pour la fraude fiscale, selon le syndicat Solidaires Finances Publiques et 120 milliards pour la corruption, selon le groupe Verts/ALE du Parlement européen) !

Au-delà de l’aspect financier, il existe de nombreux combats communs entre les écologistes et les militants anticorruption : la transparence de l’action publique, la protection des lanceurs d’alerte, la lutte contre les conflits d’intérêts, l’encadrement des lobbies, le combat contre les grands projets inutiles et imposés, etc. Ce n’est pas pour rien si Eva Joly avait été choisie lors de la primaire écologiste de 2011 !

Enfin, il faut se rappeler que la question de la moralisation de la vie publique s’est imposée lors de l’élection présidentielle de 2017, notamment avec l’affaire Penelopegate. Au regard de la défiance grandissante entre élus et électeurs, il est peu probable que les choses s’arrangent d'ici mai 2022 !

Il ne reste donc plus qu’à espérer que le candidat désigné à l’issue de cette primaire s’emparera un peu plus de cette question essentielle !

Quoi qu’il en soit, j’ai réalisé un comparatif exhaustif des propositions des uns et des autres pour moraliser ou moderniser les pratiques politiques... Il en ressort qu’un des candidats propose deux mesures particulièrement intéressantes à mes yeux : « l’indépendance des magistrats du parquet dont le processus de nomination et de sanction sera aligné sur celui des magistrats du siège » et le « renouvellement régulier du personnel politique en limitant le cumul des mandats dans le temps ». Il s’agit d’Éric Piolle.

Pour cette raison, je lui apporterai mon suffrage lors du premier tour de la primaire écologiste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.