Débat d'orientation budgétaire : Docteur Jeckyll et Mister Hyde

Il a été demandé au conseil métropolitain du 10 février 2021 de prendre acte du débat d'orientations budgétaires de l'exercice 2021. Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue, au nom du groupe écologiste, pour dénoncer le double discours de Christian Estrosi.

Il a été demandé au conseil métropolitain du 10 février 2021 de prendre acte du débat d'orientations budgétaires de l'exercice 2021.

Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue au nom du groupe écologiste :

Monsieur le Président,

Lors du dernier conseil municipal, vous nous avez insultés. Vous nous avez dit que favoriser le local plutôt que l’hypertourisme, c’était avoir l’air bête. Vous nous avez dit que favoriser nos restaurateurs, nos artisans et le monde de la culture plutôt que des projets pharaoniques, c’était avoir l’air bête.

Donc, selon vous M. le Président de la métropole, il est bête d’avoir pour priorité absolue nos concitoyens. Il est bête d’avoir pour priorité la transition écologique de notre territoire. Il est bête de s’alarmer parce que la région méditerranéenne se réchauffe 20 % plus rapidement que le reste de la France. Il est bête de vouloir adapter notre territoire parce-que les phénomènes climatiques comme la tempête Alex vont se multiplier et s’intensifier. Il est bête de vouloir axer notre développement et notre budget en faveur des exploitants, artisans, commerçants locaux plutôt que pour vos projets de grandeur. 

Voulons-nous un budget qui soit celui du béton, de la pollution, du surtourisme ? Ou voulons-nous un budget qui accroîtra notre résilience, préparera notre métropole aux enjeux climatiques et sociaux de ce siècle ? Voulons-nous un budget qui soit celui du 20e ou du 21e siècle ? 

Vous continuez avec vos projets pharaoniques alors que notre territoire souffre. Des centaines de millions d’euros sont dépensés dans des projets futiles alors que nos concitoyens souffrent ! Lors du prochain bureau métropolitain vous vous apprêtez à verser encore 6 millions d’euros pour le grand prix du Castellet. Voici vos orientations budgétaires, un cumul de 12 millions d’euros pour un événement dans le Var, à 170 km de Nice, qui pollue et ne génèrera aucune retombée économique pour notre territoire. Cette subvention est indécente ! Cette subvention est irresponsable ! Cette subvention est inacceptable ! Elle est le symbole de l’incohérence de votre politique.

Vous êtes le Docteur Jeckyll du greenwashing et le Mister Hyde de l’hypertourisme ! Quand il s’agit de faire une opération de communication pour planter un arbre, vous êtes le meilleur. Quand il s’agit de verser une subvention de 6 millions d’euros au grand prix de Formule 1 dans le Var, là étrangement cela est fait en catimini. 

Nous vous le redisons, vos projets pharaoniques étaient déjà contestables avant la crise. maintenant alors que notre métropole souffre, ils ne sont plus acceptables !  Ils nous endettent sur des décennies et contribuent au dérèglement climatique. Non, M. Estrosi, le greenwashing ne suffit pas pour être efficace : les émissions de gaz à effet de serre n’ont pas baissé depuis des années. Est-ce cela l’héritage que vous souhaitez laisser aux générations futures ?

Protéger nos concitoyens, c’est d’abord et avant tout assurer leur avenir. C’est d’abord et avant tout préserver notre magnifique territoire. Protéger nos concitoyens, c’est proposer un budget qui ait pour priorités absolues et inconditionnelles la transition écologique et la justice sociale. Est-ce le cas lorsque les subventions pour la sensibilisation du Grand public et des scolaires au développement durable ne s’élèvent qu’à 89 850 euros ? Lorsque le plan vélo pour la métropole s’élève à 500 000 euros ? Lorsque 2 millions d’euros chaque année offerts au Castellet pourraient largement couvrir tout le budget de la politique de la ville de la métropole ?

Alors M. Estrosi, répondez à nos concitoyens : un évènement sportif est-il plus important qu’eux? quelle est votre priorité pour ce budget ? Quelle est votre vision pour notre Métropole ? Comment justifierez ces 12 millions d’euros ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.