Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

404 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2021

Débat d'orientation budgétaire : Docteur Jeckyll et Mister Hyde

Il a été demandé au conseil métropolitain du 10 février 2021 de prendre acte du débat d'orientations budgétaires de l'exercice 2021. Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue, au nom du groupe écologiste, pour dénoncer le double discours de Christian Estrosi.

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il a été demandé au conseil métropolitain du 10 février 2021 de prendre acte du débat d'orientations budgétaires de l'exercice 2021.

Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue au nom du groupe écologiste :

Monsieur le Président,

Lors du dernier conseil municipal, vous nous avez insultés. Vous nous avez dit que favoriser le local plutôt que l’hypertourisme, c’était avoir l’air bête. Vous nous avez dit que favoriser nos restaurateurs, nos artisans et le monde de la culture plutôt que des projets pharaoniques, c’était avoir l’air bête.

Donc, selon vous M. le Président de la métropole, il est bête d’avoir pour priorité absolue nos concitoyens. Il est bête d’avoir pour priorité la transition écologique de notre territoire. Il est bête de s’alarmer parce que la région méditerranéenne se réchauffe 20 % plus rapidement que le reste de la France. Il est bête de vouloir adapter notre territoire parce-que les phénomènes climatiques comme la tempête Alex vont se multiplier et s’intensifier. Il est bête de vouloir axer notre développement et notre budget en faveur des exploitants, artisans, commerçants locaux plutôt que pour vos projets de grandeur. 

Voulons-nous un budget qui soit celui du béton, de la pollution, du surtourisme ? Ou voulons-nous un budget qui accroîtra notre résilience, préparera notre métropole aux enjeux climatiques et sociaux de ce siècle ? Voulons-nous un budget qui soit celui du 20e ou du 21e siècle ? 

Vous continuez avec vos projets pharaoniques alors que notre territoire souffre. Des centaines de millions d’euros sont dépensés dans des projets futiles alors que nos concitoyens souffrent ! Lors du prochain bureau métropolitain vous vous apprêtez à verser encore 6 millions d’euros pour le grand prix du Castellet. Voici vos orientations budgétaires, un cumul de 12 millions d’euros pour un événement dans le Var, à 170 km de Nice, qui pollue et ne génèrera aucune retombée économique pour notre territoire. Cette subvention est indécente ! Cette subvention est irresponsable ! Cette subvention est inacceptable ! Elle est le symbole de l’incohérence de votre politique.

Vous êtes le Docteur Jeckyll du greenwashing et le Mister Hyde de l’hypertourisme ! Quand il s’agit de faire une opération de communication pour planter un arbre, vous êtes le meilleur. Quand il s’agit de verser une subvention de 6 millions d’euros au grand prix de Formule 1 dans le Var, là étrangement cela est fait en catimini. 

Nous vous le redisons, vos projets pharaoniques étaient déjà contestables avant la crise. maintenant alors que notre métropole souffre, ils ne sont plus acceptables !  Ils nous endettent sur des décennies et contribuent au dérèglement climatique. Non, M. Estrosi, le greenwashing ne suffit pas pour être efficace : les émissions de gaz à effet de serre n’ont pas baissé depuis des années. Est-ce cela l’héritage que vous souhaitez laisser aux générations futures ?

Protéger nos concitoyens, c’est d’abord et avant tout assurer leur avenir. C’est d’abord et avant tout préserver notre magnifique territoire. Protéger nos concitoyens, c’est proposer un budget qui ait pour priorités absolues et inconditionnelles la transition écologique et la justice sociale. Est-ce le cas lorsque les subventions pour la sensibilisation du Grand public et des scolaires au développement durable ne s’élèvent qu’à 89 850 euros ? Lorsque le plan vélo pour la métropole s’élève à 500 000 euros ? Lorsque 2 millions d’euros chaque année offerts au Castellet pourraient largement couvrir tout le budget de la politique de la ville de la métropole ?

Alors M. Estrosi, répondez à nos concitoyens : un évènement sportif est-il plus important qu’eux? quelle est votre priorité pour ce budget ? Quelle est votre vision pour notre Métropole ? Comment justifierez ces 12 millions d’euros ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie