Le maire de Nice ne veut pas recevoir de réfugiés afghans !

Christian Estrosi vient de déclarer, sur RTL, qu'il ne voulait pas recevoir de réfugiés afghans, à Nice. Il est bien triste de constater que le maire de la 5e ville de France préfère flatter les plus bas instincts de son électorat plutôt que de tendre la main à des civils innocents.

Vingt ans après, les Talibans - groupe fondamentaliste islamiste armé - ont repris le contrôle de l'Afghanistan. C'est peu dire que ce n'est pas une bonne nouvelle, surtout pour les femmes...

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) se déclare « préoccupé par les risques de violations des droits humains à l’encontre des civils dans ce contexte évolutif, y compris les femmes et les jeunes filles, ainsi que les personnes perçues comme travaillant actuellement ou ayant travaillé dans le passé auprès du gouvernement afghan, des organisations internationales ou des forces militaires internationales. » Le HCR continue « de demander l’accès au territoire au bénéfice des civils ayant fui l’Afghanistan et l’application pleine et entière du principe de non-refoulement à tout moment, c’est-à-dire l’interdiction de renvoyer des personnes vers des situations de danger. »

Ce principe de non-refoulement est formulé à l’article 33 de la Convention de Genève relative au statut des réfugiés. Il est repris à l'article 78 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne ainsi qu'à l'article 19 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne.

Dans ce contexte, plusieurs maires socialistes (Benoît Payan, Olivier Bianchi) ou écologistes (Jeanne Barseghian, Anne Vignot, Emmanuel Denis, Grégory Doucet, Éric Piolle) ont spontanément annoncé qu'ils étaient prêts à accueillir des réfugiés, évoquant un devoir d'humanité…

Ce n'est pas le cas de Christian Estrosi, qui a déclaré, aujourd'hui, sur RTL, qu'il ne voulait pas recevoir de réfugiés, à Nice : « Non, c'est clair. J'ai une ville qui, ces dernières années, a été victime du terrorisme de manière considérable avec l'attentat du 14-Juillet 2016, sur la Promenade des Anglais. Encore, à l'automne dernier, trois personnes ont été assassinées sauvagement dans une basilique, à Nice... »

Il est bien triste de constater que le maire de la 5e ville de France préfère flatter les plus bas instincts de son électorat plutôt que de tendre la main à des civils innocents.

Quant à l'amalgame entre réfugiés et terroristes, il est particulièrement inepte ! Selon une étude de l'Institut français des relations internationales (Ifri) portant sur 137 individus condamnés en France dans des affaires de djihadisme entre 2004 à 2017, 69% des terroristes étaient Français et 22% étaient binationaux. Et rappelons que les civils qui fuient actuellement l'Afghanistan sont justement ceux qui refusent l'islamisme radical des Talibans...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.