Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

395 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 oct. 2021

Quand Christian Estrosi m’invite « à la plus grande prudence »...

Suite à mon intervention lors du conseil métropolitain du 21 octobre 2021, Christian Estrosi a cru bon de me mettre en garde.

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est proposé au conseil métropolitain du 21 octobre 2021 de prendre acte de la communication du rapport relatif aux actions entreprises à la suite des observations définitives de la Chambre régionale des comptes Provence-Alpes-Côte d'Azur sur la gestion de la métropole Nice Côte d'Azur à compter de l'exercice 2012. Je suis intervenu au nom du groupe écologiste.

Suite à ma prise de parole, Christian Estrosi a cru bon de me faire la mise en garde suivante : « Suite à des propos très imprudents de votre part dans les colonnes d’un célèbre média français, cela a couté, à M. Edwy Plenel et à votre grande amie Mme Constanty, une mise en examen qui est intervenue il y a quelques jours et qui doit vous amener, me semble-t-il, à la plus grande prudence sur ce genre de sujet. Oh, vous savez parfaitement de quoi je parle puisque vous savez comment vous vous êtes livré de manière très imprudente à adresser à des journalistes votre propre vision sur le caractère inapproprié de ces contrats de vacataire ! Il se trouve que la manière dont vous l’avez décrite dans les colonnes de ce média a conduit M. Edwy Plenel et Mme Hélène Constanty à se voir mis en examen sur votre propre littérature. Voilà, je voulais le préciser au passage ; c’est toujours intéressant… »

Christian Estrosi ne m’ayant pas donné la parole, je souhaite apporter les éléments de réponses suivants :

1/ La journaliste Hélène Constanty a effectivement publié un article sur le site Mediapart, le 25 novembre 2020, intitulé « Estrosi a embauché à la métropole des amis qui n’ont pas laissé de traces de leur travail » Cet article se basait effectivement sur une partie du rapport des observations définitives de la Chambre régionale des comptes portant sur la gestion de la métropole.

2/ Christian Estrosi, en sa qualité de président de la métropole, a effectivement déposé une plainte en diffamation contre Hélène Constanty. Il n’y a d’ailleurs aucune gloire à engager, aux frais des contribuables, des poursuites-bâillon dont l’objectif est d’intimider ceux qui osent le critiquer. M. Estrosi est hélas coutumier du fait.

3/ M. Estrosi sait très bien qu’une plainte en diffamation aboutit automatiquement à une mise en examen. Par conséquent, une mise en examen pour ce délit ne préjuge en rien de la culpabilité future des mis en cause.

4/ N’importe quel lecteur de l’article litigieux peut se rendre compte qu’aucune déclaration de ma part n’est relayée par la journaliste. Certes, l'article mentionnait brièvement et de manière factuelle un signalement que j'avais adressé au procureur de la République, le 30 septembre 2021, mais il ne concernait pas le rapport sur la métropole Nice Côte d'Azur. Ainsi, après avoir évoqué le rapport de la Chambre régionale des comptes sur le Centre de gestion de la fonction publique des Alpes-Maritimes (CDG 06), la journaliste écrivait : « À la suite de la publication de ce rapport, le conseiller municipal d’opposition niçois Jean-Christophe Picard, ancien président d’Anticor, avait saisi la justice. » Rien qui pose problème, donc !

5/ En ma qualité de conseiller métropolitain de Nice Côte d’Azur, j’ai effectivement présenté mon analyse du rapport de la Chambre régionale des comptes. Mais c’était lors d'une séance publique du conseil métropolitain et pas dans un journal. Et c'était le 27 novembre 2021… soit deux jours après la publication de l’article de Mediapart !

6/ Il semble que M. Estrosi pense pouvoir m’intimider en m’invitant à « la plus grande prudence » et en agitant le risque d'une mise en examen pour diffamation… Si j'avais été impressionnable, je ne serais pas resté à la tête d’une association agréée de lutte contre la corruption pendant cinq ans, je n’aurais pas signé plus d’une centaine de plaintes ou recours visant des personnes parfois parmi les plus puissantes de France. Pour dire les choses clairement : j'en ai vu d'autres !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade