Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

459 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2022

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

15 mesures pour révolutionner le financement de la vie politique

L’Observatoire de l’éthique publique (OEP) vient de publier mon étude sur le financement de la vie politique. Selon moi, pour rétablir la confiance entre les élus et leurs électeurs, il faut commencer réformer les modalités de financement des partis politiques et des campagnes électorales.

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Observatoire de l’éthique publique (OEP) vient de publier mon étude sur le financement de la vie politique. Selon moi, pour rétablir la confiance entre les élus et leurs électeurs, il faut commencer réformer les modalités de financement des partis politiques et des campagnes électorales.

Parmi les quinze mesures évoquées pour moraliser le financement de la vie politique, je propose notamment de supprimer la possibilité pour les personnes physiques de verser des dons aux partis politiques ou aux candidats aux élections. 

La disparition de cette ressource serait compensée par une réforme en profondeur du financement direct des partis. Concrètement, je préconise de réformer le calcul de l’aide publique afin qu’elle prenne en compte toutes les voix obtenues par les candidats de chaque parti (et pas seulement les candidats aux élections législatives) et tous les élus affiliés (et pas seulement les députés et les sénateurs). Cette réforme pourrait se faire à budget constant mais il serait encore plus intéressant de doubler les crédits du financement direct grâce aux économies réalisées par l’interdiction des dons des personnes physiques aux partis et aux candidats et, par voie de conséquence, par la suppression des réductions fiscales accordées à ces donateurs. 

L’Observatoire de l’éthique publique (OEP) est un think tank, créé en 2018, ayant pour but de contribuer aux progrès de la transparence et de la déontologie, aussi bien dans le champ de la connaissance scientifique que dans le domaine des pratiques politiques. Présidé par l’ancien député René Dosière, il est composé de 71 chercheurs et de 21 parlementaires (issus de 9 partis politiques différents).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte