Vol Tokyo-Paris : les membres du Gouvernement doivent être « sobres et dignes »

Le Premier Ministre a utilisé un vol d'un loueur privé, pour un coût de 350 000 €, afin de rentrer plus vite et dans de meilleures conditions de Nouvelle-Calédonie. Anticor rappelle que ce type de comportement est contraire à la circulaire du 24 mai 2017.

[Communiqué au nom d'Anticor] L’AFP nous apprend que « pour éviter de terminer le voyage dans un avion de l’Etat jugé trop inconfortable, Matignon a affrété pour 350 000 € un avion d’un loueur privé afin de permettre à Edouard Philippe de rentrer plus vite, et dans de meilleures conditions, de sa visite en Nouvelle-Calédonie. »

Il n’est pas inintéressant de rappeler l’existence de la circulaire du 24 mai 2017 « relative à une méthode de travail gouvernemental, exemplaire, collégiale et efficace » (qui remplace la Charte de déontologie du Gouvernement, signée le 17 mai 2012)…

Dans ce document, signé par Edouard Philippe, on peut lire que « l’exemplarité est le fondement de la confiance accordée par les Françaises et les Français au Gouvernement. »

Après avoir demandé aux membres du Gouvernement d’« adopter un comportement modeste », le Premier Ministre insiste : « Il convient de limiter l’usage des deniers publics au strict accomplissement de la mission ministérielle […] Cette exemplarité a un sens : si l’Etat doit être ferme et fort, ses serviteurs doivent être sobres et dignes ; il en va naturellement ainsi pour les membres du Gouvernement. »

Anticor demande l’application de cette circulaire, surtout par celui qui l’a signé. Le Président de la République serait dans son rôle en exigeant la même chose.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.