Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

395 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2013

MÉTROPOLE NICE COTE D’AZUR / Gestion de l’eau potable : ce qu’on ne vous dit pas

Jean-Christophe PICARD
Attaché principal territorial | Conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain de Nice Côte d'Azur (groupe écologiste) | Membre de l'équipe scientifique de l'Observatoire de l'éthique publique (OEP) | Auteur de "La Colère et le Courage" aux éditions Armand Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le conseil métropolitain a décidé, le 21 juin 2013, de créer la régie « Eau d’Azur » afin de permettre la gestion directe du service public d’eau potable sur le territoire de certaines communes membres de la métropole Nice Côte d’Azur (à savoir, à compter du 15 septembre 2014, sur le territoire des communes de Beaulieu-sur-Mer, Cap d’Ail, Eze, et Villefranche-sur-Mer et, à compter du 4 février 2015, sur le territoire de la commune de Nice).

Seul petit problème : le réseau est en mauvais état. Ainsi, le taux de fuite représente 22 % de l’eau distribuée alors que, selon le Ministère de l’Écologie, « l’objectif pour un réseau bien entretenu est d’atteindre un taux de fuite de 15 % ».

Conséquence de ce laisser-aller : les contribuables vont devoir – encore – mettre la main à la poche. En effet, l’audit réalisé sur le service public de l’eau potable de la métropole aboutit à la conclusion suivante : « un investissement annuel de 4 millions d’euros en moyenne sur les 20 années à venir permet de résorber progressivement les canalisations et les branchements vétustes tout en préservant un âge moyen de réseau très acceptable ».

Qui est responsable de la mauvaise gestion de ce service public ? La majorité et l’opposition [1] ont désigné comme un seul homme l’actuel délégataire, à savoir Veolia Eau, comme seul fautif. Mais les choses ne sont pas si simples…

Comme le souligne l’audit, « le délégataire n’a pas d’objectif contractuel sur les pertes totales maximales ». En clair, le déléguant (c’est-à-dire la ville, puis la métropole) ne s’est vraiment montré très exigeant par-rapport à Veolia Eau, ni dans la convention initiale signée en 1864, ni dans les 26 avenants qui ont suivi. On se rappelle que Max Cavaglione, conseiller municipal de Nice entre 1977 et 2001, avait régulièrement dénoncé l’étrange mansuétude de la ville de Nice à l’égard de la Compagnie générale des eaux, qui faisait pourtant des profits considérables.

En outre, une partie des travaux de renouvellement du réseau est à la charge du déléguant. Le rapport annuel 2011 sur le prix et la qualité du service public de l’eau potable explique ainsi que « les travaux de renouvellement du réseau d’eau sont assurés par la Direction de l’eau de Nice Côte d’Azur, une partie des travaux étant réalisée sous son contrôle par les exploitants dans le cadre de leurs engagements contractuels ».

Bref, la ville de Nice et la métropole ont incontestablement une part de responsabilité dans l’état déplorable du réseau. L’éviction de Veolia Eau ne résoudra donc pas tout.

Lire aussi :

« Eau secours ! » (17/11/12)

« Sus aux contrats léonins ! » (24/11/06)

[1] « Alors qu’il a bénéficié d’une continuité de gestion exceptionnelle les carences du délégataire sont inexcusables. » Paul Cuturello (Nice Expression, avril 2013).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élections étudiantes : le débat
Alors que les élections du Crous ont lieu du 6 au 10 décembre, quatre des principales organisations étudiantes débattent dans « À l’air libre » sur les sujets essentiels pour près de 3 millions d’étudiants en France : précarité, logement, alimentation... Sur notre plateau, Mélanie Luce, présidente de l’UNEF, Jacques Smith, président de l’UNI, Paul Mayaux, président de la FAGE, et Naïm Shili, secrétaire national de L’Alternative.    
par à l’air libre
Journal — France
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart