Métropole NCA : les grands projets pharaoniques, c'est fini !

Il a été proposé au conseil métropolitain de Nice Côte d'Azur de poursuivre le programme d'investissement qui avait été annoncé en début de mandat. Juliette Chesnel-Le Roux a demandé, au nom du groupe écologiste, de stopper les projets pharamoniques.

Le conseil métropolitain de Nice Côte d'Azur du 27 novembre 2020 a pris acte du Plan de relance du Gouvernement de 100 milliards d'euros annoncé le 3 Septembre, qui propose un ensemble de financements tant pour les collectivités que pour les entreprises dans tous les secteurs de l'activité économique. Dans ce cadre, il a été proposé de poursuivre le programme d'investissement qui avait été annoncé en début de mandat.

Juliette Chesnel-Le Roux est intervenue au nom du groupe écologiste :

Cette année, notre métropole a été meurtrie par deux événements majeurs : la pandémie, d’abord, qui a grevé notre économie locale. Puis s’est ajoutée la tempête Alex, qui a dévasté nos vallées, nos villages, nos maisons et nos routes.

Au chagrin d’avoir perdu un proche, à la désolation liée à la perte de biens, s’ajoute une situation économique extrême. Notre modèle basé sur un hyper-tourisme qui se maintenait à flot uniquement grâce à un tourisme d’affaires internationale n’est plus. Ce système nous a montré ses vulnérabilités et nous en payons le prix dramatiquement.

Les familles modestes sans ressources, les étudiants sans jobs d’appoints, les propriétaires sans leurs loyers, les saisonniers tout bonnement privés d’activité. C’est une cascade d’effets délétères pour nos concitoyens. Les effets seront encore terriblement visibles en 2021 et au-delà. Nous affrontons la plus grande crise de notre époque. Il est donc vital de prendre des décisions qui permettent de redresser un avenir ?

Pourtant quelle est votre feuille de route ? La même…

Vous ne changez rien. Imperturbables, sourds à tous les voyants vous avancez tel un bulldozer : destruction de l’Acropolis et du Théâtre national de Nice, transfert du MIN, bétonisation de la plaine du Var, construction d’un centre de congrès… Des centaines de millions dépensées dans des projets pharaoniques.

Vous êtes les musiciens du Titanic ! Nous avons heurté deux icebergs, et que faites-vous ? Vous continuez à jouer la même musique ! En quoi votre feuille de route est-elle différente ? En rien. Vous repartez sur vos mêmes projets dépensiers et inutiles.

Nous sommes en crise. Nos citoyens souffrent. Notre modèle de mono-activité touristique a montré ses limites. Nous ne pouvons accepter de repartir sur le même chemin comme si de rien n’était. C’est irresponsable. Voter ce plan c’est refuser de voir ce qu’il s’est passé ! C’est pour cela que nous voterons contre.

Les grands projets pharaoniques, c’est fini ! L’histoire leur a dit stop. Non aux grands projets, oui à notre territoire ! Arrêtons cette fuite en avant et concentrons-nous sur nos habitants.

Nous devons nous occuper de nos concitoyens qui souffrent. Nous devons construire un véritable plan Marshall. Vous le savez, sans commerces ni restaurants, sans vitalité culturelle et bouillonnement artistique, notre territoire meurt. Le chômage a aggravé terriblement la situation des habitants les plus précaires. Voilà ce que doit être notre priorité.

Soyons responsables et exigeons une politique durable, qui bénéficie à tous, adapté à ce monde d’après que nous appelons tous de nos vœux. Adaptée aux enjeux du 21e siècle, qui nous somme de rendre notre territoire résilient, son économie attractive, diverse, juste et prospère.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.