Nice: les masques, c'est seulement pour la plèbe

Une violente interpellation d'un couple pour non port du masque a eu lieu le 29 août. Le même jour, dans le carré VIP du Tour de France, on pouvait voir le Prince Albert, Christian Estrosi et leurs femmes... sans masque !

Christian Estrosi a fait le choix de maintenir le Grand Départ du Tour de France alors que le département des Alpes-Maritimes est passé en zone rouge (zone de circulation active du virus) depuis le 27 août 2020...

Dans ce contexte, une violente interpellation d'un couple pour non port du masque a eu lieu, le 29 août. Une enquête a d'ailleurs été ouverte...

Le même jour, dans le carré VIP du Tour de France, on pouvait voir le Prince Albert, Christian Estrosi et leurs femmes... sans masque ! Le service de presse du maire de Nice ne reculera devant aucun bobard pour tenter de justifier ce curieux comportement : « le cliché a été pris dans un espace privé de restauration, donc comme dans tous restaurant, pour manger et boire les gens enlèvent leur masque. » Par une curieuse interprétation de l'arrêté du préfet portant obligation du port du masque, on nous explique que si des personnalités ont des petits fours à portée de main, elles se trouvent dans un « espace privé de restauration » et sont donc exonérées du port du masque ! Il fallait oser...

Et le fait qu'on apprenne que le directeur de la police municipale de Nice, Richard Gianotti, a été surpris lui aussi sans masque (ni respect des gestes barrières), dans une soirée dansante à Cocoon Beach, n'arrange pas les choses. Là encore, la défense choisie par l'intéressé a de quoi laisser songeur : « les gens n’avaient pas à porter le masque, ce n’est pas un lieu clos, c’est une plage ». Il faut se rendre à l'évidence : le directeur de la police municipale n'a pas lu l'arrêté du préfet qu'il est censé appliquer !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.