mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Édition de la mi-journée

Le véritable scandale Xavier Niel

Faudrait quand même pas nous prendre pour des gogos.Que la fortune et la moralité de ce monsieur méritent d'être auscultées... c'est bien la moindre des choses.  Au nom de quoi faudrait-il qu'il échappe à notre suspicion ?

Faudrait quand même pas nous prendre pour des gogos.

Que la fortune et la moralité de ce monsieur méritent d'être auscultées... c'est bien la moindre des choses.  
Au nom de quoi faudrait-il qu'il échappe à notre suspicion ?
Car nous sommes suspicieux.
Surtout Maurice.
(Maurice pense que toute fortune matérielle privée est le fruit d'un esprit malin. Et vous... qu'en pensez-vous ?)

Mais en fait, peu importe.
La véritable affaire, le véritable scandale qui devraient nous occuper est bien plus intéressant.

Au nom de quoi faudrait-il que nos activités de découverte, d'échange, de partage, nos curiosités, nos indignations, nos enthousiasmes, nos engueulades et nos amours numérisés, enfin toutes ces choses qui font maintenant partie de notre humanité quotidienne soient l'objet d'un quelconque commerce par je ne sais quels margoulins ?
Qu'il s'appellent Google, Niel, Facebook ou que sais-je encore ?
N'y aurait-il pas là encore quelque matière à suspicion ?
Car nous sommes suspicieux.
Surtout Félix.
(Félix pense que nous avons là de nouveaux droits à conquérir. C'est à dire de nouveaux espaces à libérer, à soustraire de la rapacité des esprit malins. Pour en faire des espaces de liberté collective, accessibles à tous, des espaces publics, gratoches. Et vous qu'en pensez-vous ?)



- Tu aurais pas tourné un peu Front de gauche Félix ? voire... communiste... même !?

- Mais enfin Maurice tu sais bien que je moi, je suis pour, pour la mondialisation... qu'est-ce que tu racontes ?

- Ah oui... c'est vrai... oui et puis... avec l'internet... tout ça...

- Oui... Principe de réalité.

- Putain ! on dirait du Cahuzac !

- Ne fais pas ton Mélenchon... les choses ne sont heureusement pas si simples.

- Avec toi c'est bien, comme le futur, la castagne a toujours de l'avenir.

- Radieux.

- Comme la nouvelle année ?

- Et bien... on va la souhaiter aussi bonne que possible à tout le monde.

- D'accord... c'est pas gagné mais pour notre première sortie depuis quelques semaines on peut pas faire moins.

Bonne année à tous.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Il ne faut pas confondre Internet, la connexion à internet, et le Web ! Internet est un "réseau de réseaux informatiques" et il est gratuit!...

... Enfin  presque: Il repose sur des accords de peering, d'équilibre des flux de données entre les réseaux, le calcul ne se fait pas en dollars, mais en bits (plutôt en GBytesClin d'œil) -Tu me donnes "yyy"  je t'en donnes autant, notre échange est équilibré, mais si tu ne me donne que "y" alors je te donne que "y" ... et "ça rame". 

 C'est le fond de l'affaire entre Free et Google:  les "freenautes" qui regardent beaucoup "Youtube" ne fournissent en échange que peu de données aux internautes américains (en gros les pages perso...et c'est tout!). Faute de pouvoir nouer des accords de peering,  Free achète du débit a un "opérateur de transit" (Level3 communications)  américain, et aimerait bien le faire payer à Google, ça n'a pas grand chose à voir avec une croisade anti-pub

 Techniquement Internet repose sur un protocole d'échange: le TCP/IP qui à été conçu dans le but de maximiser la tolérance au pannes sur des liaisons très hétérogènes et pas forcement fiables, téléphone, satellite, fibre optique, pigeon voyageur. C'est un peu le "poney-express" ou "l'Aéro-postale": Le courrier doit passer peut importe le message et par où il passe; chaque nœud (un routeur) fait son possible pour acheminer l'information le plus vite possible en déterminant la meilleure route à l'instant t, celle-ci n'étant pas forcement la plus courte mais la plus rapide, et la plus sûre pour les précieuse information. Un programme comme "traceroute" vous indique les noeuds, leur adresse (parfois leur localisation et leur propriétaire)  que traverse votre requête pour atteindre sa cible , souvent plus d'une dizaine pour un simple "traceroute google.fr").

Internet ne hiérarchise pas les flux, peu lui importe que le message soit de la vidéo, de la téléphonie du web ou un email,  il n'ouvre pas les enveloppes pour distribuer plus vite les lettres d'amour que les factures... C'est heureux si on pense au nombre d'intervenants qui pourraient avoir des conceptions différentes de la priorité, mais de toute façon TCP/IP ne sait pas le faire!

 ...Mais si TCP/IP ne sait pas le faire rien n’empêche vraiment le propriétaire d'un routeur d'intercepter votre courrier de le lire et refermer l'enveloppe, de séparer les enveloppes bleues des jaunes, ou de refuser  d'acheminer les messages certains expéditeurs c'est le boulot des Firewalls et autres sympathiques technologies type DPI ,  la méthode préférée des dictatures, mais elle a de nombreux supporteurs chez nous "pour de bonnes raisons"...Bien sûr... faut-il ajouter Free à la liste? Il porterait alors bien mal son nom.

 

 

PS: Cette description est  très schématique . Il y a quand même quelques informations supplémentaires pour aider les routeurs à faire leur boulot: les "ports" . En effet dans un réseau (même domestique) il peut se trouver des machines spécifiques qui n'effectuent qu'une seule tâche , il faut que le routeur puisse leur distribuer les requêtes les concernant, ce qui permet éventuellement de les bloquer ou de les acheminer plus lentement... Free à déjà été pris la main dans le sac, à ralentir les ports utilisés par "Emule", gros consommateur de bande passante à l'époque. Là c'est les majors du disques qui se frottaient les mains et les internautes qui pleuraient...