Pour les rohingyas la route de l'exil, c'est un aller simple sans escale

Depuis deux semaines, quatre-vingt dix réfugiés rohingyas embarqués sur un bateau pourri, dérivent en mer d'Andaman. Ces membres de la minorité musulmane de Birmanie cherchent un pays où ils pourraient s'arrêter. Pour le moment, aucun ne s'est porté volontaire.

Février 2021, ballottée comme une boule de flipper, l'embarcation sur laquelle quatre-vingt rohingyas sont partis depuis leur Birmanie jest arrivée au Bangladesh. Entre temps, une dizaine a trouvé la mort depuis le début de ce nouvel exode risqué et sans grande perspective d'espoir. Les gouvernements voisins refusent de les accueillir et le Myanmar, leur pays d'origine, les a déclarés apatrides ( 1). Pas d'extra balle ni de same player qui shoots again, rien qu'un tilt sinistre et définitif.

Avec la fin de la colonisation britannique, les exactions commises par les bouddhistes birmans depuis leur arrivée du Bangladesh, augmentent jusqu'en 2016 où elles prennent une telle ampleur que les rohingyas doivent quitter leur territoire s'ils veulent rester en vie. Le gouvernement birman les ayant entre-temps, déclaré apatrides. La dictature du Myanmar qui s'appuie sur des extrémistes religieux nationalistes, bouddhistes, déclare qu'être musulman est incompatible avec le mode de vie local, imprégné de cette autre religion pacifique qu'est le bouddhisme. Décidément ...

En 2016, certains membres de la minorité sont retournés au Bangladesh, d'autres ont cherché refuge dans d'autres pays d'Asie et d'Océanie, sans grand succès. Un périple au cours duquel nombre d'entre eux connurent le rançonnement, l'esclavage et la prostitution quand ils ne furent pas tués. Il faut dire que les appels au meurtre lancés par des bonzes de sectes bouddhistes, ont été suivis de nombreux crimes. On se rappellera peut-être de photos qui montraient des visages fatigués, amaigris, pressés contre les barbelés de camps plantés sur la plage de Cox's bazar. Le retour aux commandes de la seule dictature militaire birmane fait craindre une nouvelle extermination au nom de Bouddha et de la culture birmane. L'école Zemmour sans doute.

Après deux semaines en mer d'Andaman où ils ont été secourus par un navire, ils arrivent aujourd'hui au Bangladesh. Pour une simple escale sans doute puisque le gouvernement de Dacca, par la voix du ministre des affaires étrangères les déclare personae non grata et ne se reconnait aucune obligation à les accueillir. Certes, le pays a déjà fort à faire avec ses propres réfugiés climatiques intérieurs qui vivent dans le delta mais qui en sont chassés chaque année, à l'époque de la mousson. Sans compter qu'à Dacca, les minorités ethniques de l'intérieur du pays ne sont guère appréciées et que l'armée a longtemps fait des descentes dans leurs villages. Enfin, le gouvernement redoute l'infiltration de djihaddistes qui en profiteraient pour déstabiliser le gouvernement et prendre le pouvoir. De nombreux membres de Daesh sont repliés en Asie du sud-est, certains en territoire rohingya. Faux cul, le ministre refile la patate chaude à ses deux pays voisins, l'Inde et ... le Myanmar. Il espère benoîtement qu'ils les accueilleront. Une variété musulmane de jésuité. Compter sur l'Inde alors que Modi, le très nationaliste premier ministre indien cherche à déclarer les musulmans indiens, apatrides ? L'autre alternative est encore moins envisageable, revenir au Myanmar qui les refusera parce qu'apatrides. Ce qui de toutes façons, signifierait une extermination vraisemblable. Reprendre la mer comme en 2016, vers l'Australie d'où ont été refoulés ceux qui ont échappé aux douaniers le jour, pirates la nuit, des pays qui se trouvent sur la route et qui leur ont fait subir les pires traitements ? Sans compter qu'avec la pandémie de covid-19 fournit une excuse et en fait des boucs émissaires tout à acceptables.

Retour sur l'exode de 2016 : https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-lenerve/blog/201017/myanmar-la-fabrique-du-djihad

(1) Valls-Hollande avaient-ils une connexion birmane ? Peut-être par l'intermédiaire de Total ? 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.